Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des vacances en Espagne à la prison : l'affaire classée de Jean Philippe Casabonne

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque

Dans sa chronique "Affaires classées". Thierry Sagardoytho est revenu sur l'affaire Jean-Philippe Casabonne. En juillet 1987, ce jeune étudiant palois est arrêté en Espagne, et condamné à 6 ans de prison pour avoir "collaboré" avec l'ETA. Nous avons retrouvé Jean-Philippe Casabonne.

L'ikurrina : drapeau basque
L'ikurrina : drapeau basque © Maxppp - Jean michel Sylvestre

Jean-Philippe Casabonne vit près de Pau, il lutte aujourd'hui contre une maladie qui le cloue sur un fauteuil roulant. À sa sortie de prison en juin 1993, il retourne à Bordeaux où il faisait des études de sociologie, il reprend un poste de pion. Mais le mouvement basque ne l'oublie pas et lui offre du travail, ce sera Paris et le mouvement politique pro ETA "Herri Batasuna". 

Jean-Philippe Casabonne - Radio France
Jean-Philippe Casabonne © Radio France - Marie-Line Napias

Aujourd'hui Jean-Philippe Casabonne dit qu'il a aidé les militants basques comme à une autre époque certains ont pu aider les membres du FLN. Pour lui, comme de nombreux sympathisants de gauche, il s'agissait de l'autodétermination d'un peuple. 

Jean-Philippe Casabonne : les faits

Jean-Philippe Casabonne explique qu'à l'époque, en 1987 : Il y a beaucoup de réfugiés basques qui débarquent sur Bordeaux où ils sont très bien accueillis. Ce sont eux qui avaient "flingué" Carrero Blanco (premier ministre du dictateur Franco), ils avaient encore, à l'époque, une très bonne image.  Dans les milieux universitaires bordelais, il y avait beaucoup de gens qui hébergeaient. 

je ne savais pas et je ne voulais pas savoir.

Je ne me posais pas la question si le réfugié était militant de l'ETA, ou était syndicaliste, ou était un activiste des droits de l'homme. A l'époque, je ne cherchais pas les "détails". Je ne demandais pas aux gens que j'hébergeais, ce qu'ils faisaient réellement. J'ai appris beaucoup de choses après, en prison.

"Minuit express" : six ans dans les prisons espagnoles

Jean-Philippe Casabonne affirme qu'il pensait sortir très vite de prison après son arrestation à Torremolinos, le 6 juillet 1987, il a alors 21 ans. Aujourd'hui encore il affirme que le rôle de chef d'un commando de l'ETA qu'on a voulu lui faire endosser était tout simplement fantaisiste, parce qu'il était trop jeune et ne parlait pas basque. Mais par la suite, en prison, il a intégré le collectif des prisonniers basques ; un État dans l'État au sein des établissements pénitentiaires. 

Jean-Philippe Casabonne, une fois condamné, a intégré le collectif des prisonniers basques

Jean-Philippe Casabonne : la presse espagnole et française ont monté toute une histoire, c'est la branche française de l'ETA, alors que  j'avais 21 ans !

Malgré la maladie qui l'éloigne de l'action militante, Jean-Philippe Casabonne reste un homme engagé pour les droits de l'homme et l'autodétermination, il ne renie rien de son passé. 

L'émission "Affaires classées" de Thierry Sagardoytho consacrée à l'affaire Casabonne s'intitule : "Minuit express". Premier épisode : "vacances, j'oublie tout" ; deuxième épisode : "cauchemar" ; troisième épisode : "cauchemar au soleil" ; quatrième épisode : "combat associatif" ; cinquième épisode : "raisons d'Etats"

Choix de la station

France Bleu