Faits divers – Justice

Détention provisoire et contrôle judiciaire après les récentes interpellations en Corse

Par Patrick Rossi et Hélène Battini, France Bleu RCFM vendredi 12 mai 2017 à 6:55

Les interpellations de ces derniers jours avaient ssuscité plusieurs rassemblements de soutien en Corse
Les interpellations de ces derniers jours avaient ssuscité plusieurs rassemblements de soutien en Corse © Radio France - Olivier Castel

Sept des personnes interpellées mercredi en Corse ont été mises en examen. Trois d’entre elles ont été placées en détention provisoire, trois autres sous contrôle judiciaire. Le contexte a conduit la majorité régionale à réagir.

Après quasiment 48 heures de garde à vue, sept des personnes interpellées ces derniers jours en Corse ont été présentées à un magistrat. Elles ont été mises en examen et placées en détention provisoire pour trois d’entre elles. La justice leur reproche la fabrication d'engins incendiaires en association de malfaiteurs, des dégradations par incendie, et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

Ces actions remontent pour les plus anciennes aux mois de février et mars 2016. Les faits s’étaient produits en marge des manifestations à Corte.

Nicolas Bessone, le procureur de la République de Bastia

La majorité régionale monte au créneau

Les interpellations survenues ces derniers jours ont conduit la majorité territoriale à prendre position. Dénonçant un « cycle infernal », Jean Guy Talamoni a fait part de son sentiment d'injustice. « On cherche délibérément à mettre la société corse en difficulté » a déploré le président de l'Assemblée de Corse.

De son côté Gilles Simeoni constate « une logique d'ensemble qui ne peut conduire qu'à la révolte et à l'embrasement ». Selon le président du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse, « il s'agit d'une véritable volonté politique de la part de l'état ».