Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Détenu évadé dans le Gard : un syndicaliste dénonce la surcharge de travail des agents pénitentiaires

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Alors que le détenu évadé ce jeudi matin est toujours en fuite, un responsable du syndicat UFAP-UNSA Justice prend la défense des agents pénitentiaires qui l'accompagnaient.

Le détenu en fuite était accompagné de trois agents pénitentiaires.
Le détenu en fuite était accompagné de trois agents pénitentiaires. © Maxppp - Jean-Pierre Balfin

Saint-Théodorit, France

Le fugitif disparu la veille était toujours introuvable au soir du vendredi 24 mai. Ce détenu de 35 ans devait être transféré de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) vers Alès. En chemin, sur la commune de Saint-Théodorit, il a prétexté une envie pressante pour demander l'arrêt du fourgon pénitentiaire. C'est là que le prisonnier a échappé à la surveillance des trois agents qui l'accompagnaient. Dans la journée de vendredi, une centaine de gendarmes étaient toujours mobilisés dans les secteurs de Saint-Théodorit, Lédignan et Aigremont notamment pour le retrouver. 

"S'il s'est échappé c'est qu'il y a eu une erreur", reconnaît Laurent Maffre. Cependant, le secrétaire régional du syndicat UFAP-UNSA Justice insiste sur les mauvaises conditions de travail des personnels pénitentiaires, "à Nîmes comme ailleurs".  Selon lui, les trop nombreux transferts de détenus expliquent ce "problème de vigilance" de la part des trois agents en question, "pourtant expérimentés"

"À force de tirer à flux tendu, on en arrive à ce genre de situation." - Laurent Maffre, du syndicat UFAP-UNSA Justice

Laurent Maffre rappelle qu'on ne compte à Nîmes qu'une vingtaine d'agents d'extraction judiciaire. Ce sont des personnels pénitentiaires spécialisés dans les transferts de détenus. À eux seuls, ils interviennent sur le Gard, l'Hérault, la Lozère, et "vont même parfois jusqu'à Aix-en-Provence"

Laurent Maffre conclut : "Imaginez si les collègues lui avaient tiré dessus, on aurait parlé de 'bavure' ! Parfois on nous reproche aussi de ne pas respecter l'intimité du détenu, et quand on le fait, voilà ce que ça donne ! C'est là toute la difficulté de notre métier".

Choix de la station

France Bleu