Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La justice réclame 400.000 euros à une ancienne employée du conseil départemental du Loiret

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Une femme de 44 ans, agent du Département du Loiret, était jugée ce jeudi par le tribunal correctionnel d'Orléans pour avoir détourné plusieurs centaines de milliers d'euros des caisses de la collectivité. "J'ai honte", a-t-elle dit à l'audience, mais son avocat dénonce les lacunes du Département.

Bureaux du Département du Loiret, à Orléans
Bureaux du Département du Loiret, à Orléans © Radio France - Christophe Dupuy

Le procès d’une ancienne employée du Conseil départemental du Loiret, jugée pour détournement de fonds, s’est tenu jeudi après-midi devant le tribunal judiciaire d’Orléans. Cette femme âgée de 44 ans était poursuivie pour avoir détourné plus de 400.000 euros du budget des allocations personnalisées d’autonomie, entre 2013 et 2019. Son mari était poursuivi pour recel. 

Le parquet requiert de la prison avec sursis et le remboursement intégral des sommes

Un an de prison à accomplir sous bracelet électronique et une interdiction définitive d’exercer dans la fonction publique ont été requis contre elle par le parquet d'Orléans (deux ans avec sursis contre son époux). Le ministère public a requis également à l'encontre des époux le remboursement intégral des sommes dérobées. Le jugement sera rendu le 12 novembre.

J'ai honte

"C'était l’engrenage : j’avais peur de manquer. Aujourd’hui, j’ai honte".Voilà comment se justifie Céline face au tribunal. Quant à son mari, il continue à dire qu’il ne s‘est "aperçu de rien". Au total, pendant quatorze ans (2005/2019), ce sont 786.000 euros qui ont été détournés. Au final, un peu plus de 400.000 ont été retenus (période 2013/2019) en raison de la prescription d'une partie des faits. Cela représente en moyenne 4.500 euros par mois qui viennent se rajouter au 3.000 euros de revenus des époux. 

Un train de vie élevé pendant des années

L’école privée des deux enfants, 950 euros de courses par mois, des vacances en Corse, un restaurant par semaine : pour l’avocate du Département, c’est l’intégrité, la probité du fonctionnaire qui est en cause. Même argument pour le ministère public qui réclame la confiscation de l’ensemble des biens saisis, maison comprise, soit au total 300.000 euros, disponibles pour rembourser. 

Les lacunes du conseil départemental

L’avocat des époux, lui, ironise. La somme détournée c’est 0,008 % des neuf milliards d’euros de budget en quatorze ans pour le Département, "qui va survivre" mais surtout "qui aurait pu éviter tout cela". "Quatorze ans de lacunes, quatorze ans de non contrôle pour une employée archi-coupable mais pas seule responsable".

Similitude avec l'affaire Kerviel ?

Dans sa plaidoirie, Ladislas Wedrykowski, l'avocat des époux, n’hésite pas à comparer avec l'affaire Kerviel, l'ex-trader de la Société Générale. "Dans ce dossier, l'entreprise n'avait pas effectué les contrôles nécessaires, et je pense qu'on peut comparer les deux affaires car certes, ma cliente a effectué des détournements de cet argent public, de ces dotations publiques, elle ne le conteste pas, mais le Département du Loiret, pendant ces années, n'a pas effectué le moindre contrôle sur le travail réalisé par cette femme, et pourtant le mode opératoire était d'une simplicité déconcertante. J'espère que le tribunal le reconnaîtra". Réponse le 12 novembre lors du délibéré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess