Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux agents immobiliers de Palaiseau jugés pour discrimination raciale

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un père et son fils comparaissent au tribunal correctionnel d'Evry ce mercredi. Ils sont poursuivis pour discrimination raciale.

Deux co-gérants d'une agence immobilière comparaissent au tribunal d'Evry pour discrimination raciale
Deux co-gérants d'une agence immobilière comparaissent au tribunal d'Evry pour discrimination raciale © Maxppp -

Deux co-gérants d'une agence immobilière de Palaiseau (Essonne), le père et son fils, comparaissent ce mercredi après-midi au tribunal correctionnel d'Evry pour discrimination raciale. Ils sont soupçonnés d'avoir sélectionné leurs clients en fonction de leur couleur de peau. Les faits remontent à 2006, et l'histoire avait fait grand bruit, lors de la diffusion d'une vidéo, réalisée en caméra cachée, et présentée dans l'émission "Pièces à conviction" sur France 3,  par Elise Lucet.

"Pas de noir, pas d'arabe, pas de jaune !"

Cette vidéo, c'est Patricia, salariée de l'agence, qui l'a réalisée. On y entend son employeur, âgé de 71 ans, qui donne l'ordre d'éliminer certains candidats :  "Pas de noir, pas d'arabe, pas de jaune !" dit-il.... Elle a beau présenter des dossiers complets avec toutes les garanties et revenus suffisants,  les 2 co-gérants, Guy Auvray, et son fils, David, les refusent.  

Patricia s'en inquiète auprès de SOS racisme et de La Maison des Potes qui l'équipe d'une caméra cachée afin qu'elle puisse fournir des preuves. Les associations portent plainte. 

Une enquête ouverte en 2006 

Une enquête est ouverte en 2006. Coïncidence : à ce moment là, un client soupçonneux, dont le nom est d'origine togolaise organise une opération de testing, avec des amis. Celle-ci confirme qu'il est bien victime de discrimination.  

Et pourtant, il faudra attendre 12 ans pour que ces éléments soient reconnues comme preuve par la justice. 12 ans de combats menées sans relâche par les associations. Les deux co-gérants encourent jusqu'à trois ans de prison.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess