Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux agressions aux urgences de l'hôpital St André et de l'hôpital de Libourne

-
Par , France Bleu Gironde

Plusieurs plaintes ont été déposées après deux agressions d'aides-soignantes et infirmiers mercredi soir à l'hôpital St André à Bordeaux et l'hôpital de Libourne. Un débrayage symbolique a été décidé pour ce vendredi à Libourne, toujours pour demander plus de moyens aux urgences.

A l'hôpital St André de Bordeaux, une aide-soignante a été frappée et mordue
A l'hôpital St André de Bordeaux, une aide-soignante a été frappée et mordue © Radio France - Marie Jeanne Delepaul

Libourne, France

Alors que la grève aux urgences se poursuit partout en France, deux agressions ont été dénoncées par les soignants des urgences de l'hôpital St André de Bordeaux et à l'hôpital de Libourne. 

Mercredi soir, à St André, une patiente (victime d'une crise d'asthme) mécontente de devoir attendre, a d'abord craché au visage des pompiers qui l'amenaient, puis a mordu et frappé l'aide-soignante qui s'était interposée. Elle a attendu sa fin de service à la sortie des urgences, pour l'agresser. L'aide-soignante a déposé plainte.  

Et à Libourne, au cours de la même soirée, ce sont deux infirmiers et une aide-soignante qui ont été frappés par un patient menotté alcoolisé amené par les gendarmes. Tous les trois ont aussi déposé plainte. Face à la violence grandissante, et aux non-réponses du ministère de la santé selon les soignants depuis le début de la grève, un nouveau débrayage, a été décidé pour ce vendredi midi à l'hôpital de Libourne. Il s'agit explique Géraldine l'aide soignante agressée, de "marquer le coup, de dire encore une fois que ce n'est plus possible de travailler dans ces conditions, qu'il faut plus de moyens pour les urgences".

"On a franchi un cap et on va durcir notre action" explique l'aide-soignante agressée à Libourne