Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux alertes "attentat" dans deux établissements scolaires du Var

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Deux alertes attentat simultanées ce jeudi en début d'après-midi dans deux établissements scolaires du Var : le collège Berty Albrecht de Sainte-Maxime et le lycée Saint-Exupéry de Saint-Raphaël. Près de 2.000 élèves ont été évacués. Des appels d'un correspondant se revendiquant des "Anonymous".

Le collège Berthie Albrecht évacué après une alerte "attentat"
Le collège Berthie Albrecht évacué après une alerte "attentat" © Radio France - Gendarmerie nationale

Deux alertes "attentat" ont été simultanées déclenchées ce jeudi en début d'après-midi dans deux établissements scolaires du Var suite à des appels évoquant une explosion et une prise d'otages. Le collège Berty Albrecht de Sainte-Maxime et le lycée Saint-Exupéry de Saint-Raphaël ont été pris pour cible. 435 élèves ont évacués dans le premier établissement et 1.500 dans le deuxième après un appel reçu d'une personne se revendiquant des Anonymous.

Les parents ont pu récupérer leurs enfants près du collège, non sans difficulté puisque des bouchons se sont vite formés. Des bus ont aussi été mis à disposition. Les lycéens sont rentrés chez eux ou ont été récupérés par les parents. Deux enquêtes ont été ouvertes.

"Le collège va exploser"

C'est la proviseur du collège Albrecht de Sainte-Maxime qui a reçu l'appel. Elle décroche et à l'autre bout de la ligne, un correspondant à la voix métallique, qui se revendique des "Anonymous" et qui lui dit simplement "le collège va exploser".

La proviseur applique alors immédiatement  le protocole très précis dans ce type de cas. Les gendarmes interviennent. Les élèves sont évacués, isolés près d'un gymnase, à près de 500 mètres de l'établissement scolaire et recomptés. Ils sont tous là. Mais certains sont en pleurs, effrayés par la situation.  

"On est à l'intérieur"

Dans le même laps de temps, à quelques dizaines de kilomètres à vol d'oiseau, la standardiste du lycée Saint-Exupéry de Saint-Raphaël reçoit le même type d'appel. Les Anonymous toujours et cette voix aussi métallique. Mais cette fois ci, l'interlocuteur indique "qu'ils sont à l'intérieur de l'établissement. On va faire des otages" précise t-il et demande l'évacuation du lycée.  

À chaque fois, le même numéro 1-66 66 66 connu pour être en effet celui du mouvement. Mais il est facilement trouvable sur internet, laissant ainsi les enquêteurs perplexes sur la réalité de la menace. À Sainte Maxime, les gendarmes ont fait appel aux démineurs.

Et à Saint-Raphaël, la fouille visuelle de l'établissement effectuée par les policiers n'a rien donné. En tout cas, deux appels qui ont mobilisé de nombreux policiers et gendarmes, qui ont créé un traumatisme certains du côté des élèves, notamment des collégiens, et des enseignants.

Deux enquêtes ont été ouvertes, confiées à la brigade territoriale de Sainte-Maxime, assistée de la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Gassin Saint-Tropez pour les faits concernant le collège. Et pour le lycée, l'enquête est menée par le commissariat de Fréjus Saint-Raphaël.

Ces faits sont un délit, visé à l'article 322-14 du code pénal et sont passibles de deux ans de prison et de 30.000 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess