Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux anciens policiers pour renforcer la cohésion avec la population dans l'Eure

Pour faire le lien entre la police et la population, il existe, depuis 2008, des délégués à la cohésion police-population. Il y en avait déjà un dans l'Eure à Vernon. Depuis le début de l'année, un poste a été créé au commissariat d'Évreux.

Les deux délégués à la cohésion police-population, Dominique Garcia et Florence Rouard avec la commissaire Alexandra Capogna (au centre) lors de leur présentation en préfecture de l'Eure ce mercredi
Les deux délégués à la cohésion police-population, Dominique Garcia et Florence Rouard avec la commissaire Alexandra Capogna (au centre) lors de leur présentation en préfecture de l'Eure ce mercredi © Radio France - Laurent Philippot

Florence Rouard, bien connue dans l'Eure pour avoir travaillé à l'état-major de la direction départementale de la sécurité publique, reprend du service car "on ne quitte quitte pas la police comme ça". Celle vient de terminer sa carrière active en tant que commandante divisionnaire à Lisieux est la nouvelle déléguée à la cohésion police-population à Évreux "pour continuer à avoir un contact avec les collègues, avec les partenaires, avec la population" détaille-t-elle. Une création de poste après celui de Dominique Garcia, qui occupe la même fonction au commissariat de Vernon, voulue par le préfet de l'Eure : "Ils remplissent un rôle très important, dans la conciliation, dans la médiation" estime Jérôme Flippini. 

Des conflits de voisinage, des tapages qui donnent lieu à des mains courantes mais pas forcément à des réponses pénales, parce que ce n'est pas possible - Jérôme Filippini, préfet de l'Eure

En poste depuis le 2 janvier 2021, Florence Rouard intervient sur les communes de Gravigny et d'Évreux et plus particulièrement sur les quartiers de La Madeleine et de Nétreville. En deux mois, elle a déjà traité une quinzaine de dossiers. Ses missions sont variées : 

Apporter des réponses à une population qui peut connaître des nuisances, des incivilités, des troubles du voisinage dans leur vie quotidienne pour lesquels il n'y a pas forcément matière à déposer plainte ou pour des gens qui ne souhaitent pas déposer plainte - Florence Rouard, DCPP Évreux

Florence Rouard reçoit dans son bureau au commissariat d'Évreux avec un objectif "apporter toujours une réponse". Elle va aussi sur le terrain pour renforcer la cohésion entre la police et la population : "On a un projet avec la Ville de faire des actions de prévention avec les jeunes du quartier de la Madeleine" avance-t-elle. Des actions sont également menées dans les établissement scolaires en partenariat avec le référent départemental police-Éducation nationale. 

"On leur apportera toujours une réponse" - Florence Rouard

150 dossiers en trois ans à Vernon 

À Vernon, Dominique Garcia prend chaque matin connaissance des mains courantes au commissariat et retient les situations pour lesquelles il doit intervenir, "en grande majorité des problèmes de voisinage, avec des saisines qui peuvent venir tant des bailleurs que des particuliers" explique-t-il. En trois ans, Dominique Garcia, a traité 150 dossiers, sans compter ses interventions dans les établissements scolaires de la circonscription comme cette fois où il s'est rendu dans un collège parce qu'un élève se promenait avec un couteau papillon

Dominique Garcia raconte son intervention au collège après l'appel de la principale

Ancien officier de police, Dominique Garcia se voir comme "un conciliateur". "On facilite beaucoup de choses, car beaucoup de personne n'obtiennent pas de résultats dans leurs demandes et le fait que nous, sur l'ensemble des faits qui sont en marge de l'infraction pénale, on peut apporter une réponse" dit-il. 

Le fait de travailler au sein du commissariat, de convoquer les personnes, d'organiser des confrontations entre les parties apporte généralement une réponse rapide efficace - Dominique Garcia, DCPP Vernon

Une action complémentaire avec celle de la police

Dire que les délégués à la cohésion police-population sont là pour faire ce que la police ne fait pas serait réducteur selon Alexandra Capogna   : "Ils sont complémentaires. Le DCPP va avoir une mission plus sociale, de lien avec la population" explique la commissaire, directrice départementale de la sécurité publique de l'Eure par intérim. C'est d'ailleurs tout le sens de la mission des ces délégués à la cohésion police-population, fonction créée en 2008 dans le cadre du plan Espoir Banlieues. "Les forces de l'ordre sont là pour faire respecter la loi, dans un rôle répressif et de protection des citoyens mais il y a beaucoup d'affaires qui ne peuvent pas être traitées uniquement par la réponse pénale ou par la réponse répressive et qui pourtant embêtent la vie des gens" conclut le préfet Jérôme Filippini. 

Pour contacter les délégués à la cohésion police-population :

  • à Évreux, par téléphone 06.02.13.56.52 ou par mail ddsp27-csp-evreux-dcpp@interieur.gouv.fr
  • à Vernon, par mail ddsp27-csp-vernon-dcpp@interieur.gouv.fr

REPORTAGE - Des délégués à la cohésion police-population, pour quoi faire ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess