Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux ans après la disparition de Marie-Pascale Sidolle à Avignon, le mystère reste entier

Marie-Pascale Sidolle n’a plus donné signe de vie depuis ce dimanche de Pâques, le 14 avril 2019. Cette aide-soignante de 54 ans, originaire de Roquemaure, a été vue pour la dernière fois sur le parking du centre hospitalier d'Avignon. Depuis, ses proches attendent de connaitre la vérité.

Marie-Pascale Sidolle a été enlevée le 14 avril 2019 sur le parking de l'hôpital d'Avignon
Marie-Pascale Sidolle a été enlevée le 14 avril 2019 sur le parking de l'hôpital d'Avignon - © Gendarmerie nationale

Il y a deux ans, ce dimanche 14 avril 2019, Marie-Pascale Sidolle disparaissait sur le parking de l'hôpital d'Avignon. Cette aide-soignante de 54 ans, originaire de Roquemaure dans le Gard, venait de prendre son service quand elle en est ressortie en compagnie d'un homme qui n'a jamais été identifié. Sa voiture, une twingo blanche, a été retrouvée calcinée le lendemain dans le quartier Montclar à Avignon.

Enlevée sur le parking de l'hôpital d'Avignon

Depuis, sa famille est sans nouvelle. Les gendarmes de la section de recherches de Nîmes continuent leur enquête sur sa disparition. Ce mercredi 14 avril 2021, jour anniversaire de la disparition de sa mère, Stéphanie Sidolle est toujours dans l'attente. "Ne pas savoir me mine depuis deux ans, c'est le pire qui puisse arriver, ne pas savoir. J'irai mieux le jour où j'aurais des réponses", soutient-elle.

La fille de Marie-Pascale Sidolle se refait le film depuis deux ans. Ce dimanche 14 avril 2019, sa mère arrive sur le parking de l'hôpital. Ce sont les dernières images d'elle vivante, explique Stéphanie. "Elle est entrée dans l'hôpital vers 7h pour prendre son service et elle en est ressortie dix minutes après. On la voit dans sa voiture sur le siège passager et au volant, il y a un homme."

Sa voiture retrouvée calcinée quartier Montclar

Cet homme n'a pas pu être identifié. Les caméras de surveillance ne livrent pas d'images suffisamment claires pour permettre de le confondre. La voiture de Marie-Pascale Sidolle est retrouvée calcinée le lendemain quartier Montclar à Avignon.

Stéphanie Sidolle estime que ce n'est pas possible qu'il n'y ait pas de témoins. "J'ai l'impression de ne pas avoir posé les bonnes questions aux gens, s'ils ont perçu ma mère et cette homme comme un couple, ils y ont moins fait attention. Ils se sont peut-être dit qu'ils se promenaient."

"Dans le mode opératoire, tout indique que ma mère connaissait la personne qui l'a enlevée" - Stéphanie Sidolle

La twingo blanche de Marie-Pascale Sidolle est retrouvée calcinée le lendemain de sa disparition sur l'ancien chemin du Bac de Ramatuel dans le quartier Monclar à Avignon
La twingo blanche de Marie-Pascale Sidolle est retrouvée calcinée le lendemain de sa disparition sur l'ancien chemin du Bac de Ramatuel dans le quartier Monclar à Avignon © Maxppp - Ange Esposito

Sur les images de vidéosurveillance, il n'y as pas de signe de contraintes. Depuis le début de l'enquête, Stéphanie Sidolle est persuadée de connaitre le coupable. "J'en suis intimement convaincue à 99%, mais il faut des preuves. Dans le mode opératoire, tout indique que ma mère connaissait la personne qui l'a enlevée."

Fin janvier, un élément relance l'enquête et avec lui, l'espoir de Stéphanie Sidolle. "J'ai beaucoup d'espoirs dans les enquêteurs de la section de recherches de Nîmes", explique la fille de celle qu'on a appelée "la disparue de l'hôpital d'Avignon". 

"Aujourd'hui, j'attends de faire mon deuil, j'attends de retrouver ma mère pour qu'elle repose en paix."

Stéphanie Sidolle espère enfin avoir des réponses, même si elle est persuadée qu'elle ne reverra pas sa mère vivante : "Je suis convaincue que ma mère a été tuée le jour où elle a été enlevée. Aujourd'hui, j'attends de faire mon deuil, j'attends de retrouver ma mère pour qu'elle repose en paix. J'irais mieux quand j'aurais des réponses.

Tous les 14 de chaque mois, la sœur de Marie-Pascale Sidolle publie un post sur Facebook avec l'avis de recherches pour qu'on ne l'oublie pas. Elle le fera ce mercredi 14 avril, jour anniversaire de sa disparition, "une journée noire pour nous", explique Stéphanie.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Si vous avez des éléments pouvant aider les enquêteurs de la section de recherches de Nîmes, contactez le 04.66.38.50.00.

Marie-Pascale Sidolle allait fêter ses 54 ans lorsqu'elle a disparu
Marie-Pascale Sidolle allait fêter ses 54 ans lorsqu'elle a disparu © Maxppp - Ange Esposito
Choix de la station

À venir dansDanssecondess