Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux ans après le 13 novembre 2015, le témoignage de Ben, rescapé Tourangeau du Bataclan

lundi 13 novembre 2017 à 5:23 Par Camille Labrousse, France Bleu Touraine

Il était au Bataclan le soir du 13 novembre 2015, aux côtés de son frère. Ensemble, ils ont fait face à l'un des terroristes, avant de s'enfuir. Deux ans plus tard, Ben va mieux, mais la convalescence sera encore longue.

L'an dernier, une plaque commémorative a été inaugurée devant la salle de concert
L'an dernier, une plaque commémorative a été inaugurée devant la salle de concert © Maxppp - JEREMY LEMPIN

Il y a deux ans, le soir du 13 novembre 2015, Ben et son frère étaient au Bataclan. Ils n'ont pas été touchés physiquement mais la blessure psychologique est profonde : ils ont fait face à l'un des terroristes, armé d'une kalachnikov, avant de se réfugier dans les étages de la salle de concert.

Aujourd'hui, Ben est accompagné par l'ADAVIP, l'association d'aide aux victimes en Indre-et-Loire. Il est aussi toujours suivi psychologiquement, même s'il va mieux.

C'est plus long que prévu mais je vais beaucoup mieux. Mon état psychologique ne s'aggravera plus. Il a fallu gérer les pertes de sommeil, les cauchemars et l’hyper-vigilance. Par exemple, si je vais au ciné, je repère toute de suite les issues de secours.

Deux ans plus tard, le terrorisme est omniprésent non seulement dans les médias mais aussi dans la vie quotidienne de Ben.

J'y pense plusieurs fois par jour. Ce qui change avec le temps, c'est l'état dans lequel ça me met. Au début, c'était comme une sorte de spleen. Maintenant, c'est plutôt un très mauvais souvenir.

Ben ne sera pas à Paris pour les commémorations à Paris, il sera en déplacement. Mais il est un membre actif de l'association Life for Paris, l'association des victimes du 13 novembre 2015.