Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux ans de prison avec sursis pour avoir tué un curé à vélo dans le Biterrois

-
Par , France Bleu Hérault

Un curé de 52 ans qui faisait du vélo a trouvé la mort après avoir été fauché par une voiture sur une route de campagne dans le Biterrois. Le procès du chauffard s'est déroulé ce vendredi cinq après les faits. Le tribunal est allé bien au-delà des réquisitions du parquet

Illustration
Illustration © Maxppp - LAURENT DARD

Béziers, France

Un automobiliste de Lamalou-les-Bains a été condamné ce vendredi à deux ans de prison avec sursis pour homicide involontaire par le tribunal de grande instance de Béziers. Ce conducteur de 67 ans était poursuivi pour avoir tué un prêtre qui faisait du vélo sur une route de campagne. 

Le drame s’est produit un après-midi d'octobre 2014 sur une ligne droite bien dégagée à la sortie de Lieuran-les-Béziers. Le temps était  clair et bien ensoleillé. La victime de 52 ans, un curé sans affectation, a été percuté par l’arrière. Cet homme surnommé Jésus (son nom de famille) est décédé une semaine après l’accident. 

Ce dernier circulait pourtant bien droite de la chaussée quand il a été projeté à l'avant par cette voiture Suzuki. Le chauffard qui roulait à 90 km/h s'est déportée sans aucune raison vers la droite.   

La victime était visible à 450 mètres

Le conducteur n’avait consommé ni alcool, ni stupéfiant mais prenait un traitement médical pour ses crises d’épilepsie (médicament ayant un pictogramme de niveau 2 pouvant entraîner une somnolence au volant). 

Son médecin lui avait demandé de passer devant la commission médicale de la préfecture de l'Hérault pour faire valider son permis de conduire en raison de son état de santé. Ce qu’il n’a jamais fait, de crainte qu'on le lui retire définitivement. "C'est fâcheux" lui lance la présidente  Claire Ougier.

Vous ne seriez pas devant nous. Et un homme serait encore en vie aujourd'hui

L’automobiliste, sans casier judiciaire n'a freiné à aucun moment. Il assure ne pas avoir aperçu le cycliste. Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet qui réclamait 15 mois avec sursis. Son permis de conduire lui a été retiré. Cet homme qui souffre de troubles neurologiques a une interdiction totale de conduire un véhicule motorisé pendant cinq ans (y compris un deux roues). 

Choix de la station

France Bleu