Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux ans de prison avec sursis pour un animateur reconnu coupable d'agressions sexuelles sur des élèves d'Alfortville

vendredi 15 juin 2018 à 22:25 Par Thomas Schonheere, France Bleu Paris

Un animateur qui s'occupait des activités périscolaires de deux écoles d'Alfortville (Val-de-Marne), a été condamné, ce vendredi, à deux ans de prison avec sursis pour des agressions sexuelles sur quinze écolières. L'homme a désormais interdiction d'exercer toute activité en lien avec des mineurs.

À la barre, l'homme a reconnu des gestes "inappropriés".
À la barre, l'homme a reconnu des gestes "inappropriés". © Radio France - Thomas Schonheere

Alfortville, France

Les faits se sont déroulés entre septembre 2017 et fin janvier 2018. Un animateur qui exerçait dans deux écoles primaires d'Alfortville (Val-de-Marne) a été reconnu coupable, ce vendredi, d'agressions sexuelles sur quinze écolières, scolarisées en CE2 et CM1. Il était jugé devant le tribunal correctionnel de Créteil et a été condamné à deux ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve.

"Vous leur avez volé leur insouciance"

A la barre, l'homme de trente ans a reconnu des gestes "inappropriés" : des caresses sur le dos, sur les cuisses ou sur le ventre, mais "jamais sur les fesses", contrairement à ce qu'affirment certaines des victimes . "Si c'est arrivé, c'est une maladresse", reconnait-il.  Ces gestes, selon lui, étaient faits "pour apporter du réconfort" et n'avait en aucun cas un caractère sexuel.

Quand la présidente lui rappelle que, devant les enquêteurs, il a dit avoir répondu à des "pulsions", l'homme répond qu'il a dit ça à l'époque pour que "ça s'arrête". Se succédant devant les juges, les parents des victimes parlent de leur fille dont certaines font désormais des cauchemars. "Vous leur avez volé leur insouciance", lance le procureur, qui a requis trois ans de prison dont un an ferme.

Outre la peine de prison avec sursis et la mise à l'épreuve, le tribunal a aussi ordonné son inscription au fichier des délinquants sexuels et son interdiction d'exercer toute profession en contact avec des mineurs. Cet homme, auparavant, n'avais jamais été condamné.