Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux ans de prison avec sursis requis contre l'ex-président de l'Université d'Orléans, Youssoufi Touré

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende ont été requis par la justice contre Youssoufi Touré. L’ancien président de l’Université d’Orléans comparaissait jeudi devant le tribunal correctionnel pour détournement de fonds publics et favoritisme dans l'attribution de marchés publics.

Youssoufi Touré, ancien président de l'Université d'Orléans, à son arrivée au tribunal
Youssoufi Touré, ancien président de l'Université d'Orléans, à son arrivée au tribunal © Radio France - Christophe Dupuy

Deux ans de prison avec sursis, 30.000 euros d’amende et l'interdiction définitive d’exercer la profession ont été requis, ce jeudi soir, par la procureure adjointe de la République d'Orléans Céline Visiedo contre l’ancien président de l’Université d’Orléans, Youssoufi Touré (2009-2016).

Jugé pour détournement de fonds publics et favoritisme

Youssoufi Touré comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Orléans pour détournement de fonds publics et atteinte à la liberté ou l’égalité dans les marchés publics (favoritisme). Ce procès, reporté une première fois en 2019, était très attendu suite aux révélations dans la presse et l’enquête qui a suivi sur la gestion de l’Université d’Orléans par son ex-président.

L'insoutenable légèreté de la gestion de Youssoufi Touré"

"Ce dossier, c’est la légèreté assez insoutenable de la gestion de l’université de Mr Youssoufi Touré", a affirmé à l'audience, la procureure de la République adjointe, Céline Visiedo qui a dénoncé, au nom du ministère public, les méthodes de l’ancien président Youssoufi Touré.

Des frais de déplacement non justifiés octroyés à sa maîtresse ?

Les failles de cette gestion ont été mises en lumière dans un rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale demandé à son arrivée par l’actuel président Ary Bruand, puis dans l'enquête de police. La justice reproche à Youssoufi Touré plus de 30.000 euros de frais de déplacement (et de location de voiture) non justifiés octroyés à Anita F. , son ancienne maîtresse. Recrutée en 2007 par l'Université, elle était chargée de trouver des financements pour un nouveau laboratoire.

Youssoufi Touré, devant le palais de justice d'Orléans
Youssoufi Touré, devant le palais de justice d'Orléans © Radio France - Louis de Bergevin

Ces frais de mission étaient par ailleurs validés ultérieurement par l’Université, ce qui est contraire aux pratiques de la fonction publique, ont expliqué les avocats de l'Université. Tout ordre de mission doit être signé avant un éventuel remboursement de frais.

J'ai fait confiance aux gens qui savaient"

"Je n’ai pas fauté, j’ai fait confiance aux gens qui savaient", s'est défendu Youssoufi Touré, à la barre. Mais l'ex-président de l'Université d'Orléans est resté très évasif sur les raisons des avantages dont bénéficiait celle qui fut sa maîtresse à partir de 2011 (la justice parle d'un "ordre de mission permanent" qui lui était accordé, et plusieurs témoins parlent d'Anita F. comme d'un "électron libre" au sein de l'Université). 

Le parquet dénonce un blanc-seing accordé à la maîtresse du président

Youssoufi Touré, auteur de longues et souvent confuses explications à la barre, et tancé par la présidente qui lui demande d'être plus clair et concis, s'est borné à répondre : "Je ne comprends pas pourquoi on évoque ma vie privée", tandis que la procureure dénonçait un « blanc seing » accordé à Anita F. 

Quant à Ary Bruand, actuel président de l'Université, présent à l’audience, il a expliqué que les ordres de mission, désormais, étaient très encadrés au sein de l'établissement.

Soupçons autour du contrat de la réhabilitation du hall Darcy

Autre reproche à l'encontre de Youssoufi Touré : le dossier de la réhabilitation du Hall Darcy, bâtiment de Polytech, sur le campus orléanais. Au départ de l'opération, en avril 2013, un contrat de 640.000 euros est signé. Mais en juin 2014, le montant passe à 1 million 300.000 euros, via un simple avenant signé avec le cabinet d’architecte Abonneau. Il aurait fallu lancer un nouvel appel d’offres, conformément au code des marchés publics, a expliqué l'un des avocats de l'université.

On a fait une erreur, pour aller vite

Pour les explications, il faudra repasser, le prévenu dénonçant "une enquête à charge". Même si, sur ce point, Yousouffi Touré souffle : "On a fait une erreur de jugement, pour aller vite". Au passage, la rémunération du cabinet d'architectes était passé de 69.000 à 87.000 euros.

Au final la question d'une "gestion autocratique", d'un "manque de contrôle" et d'un "domaine réservé du président" s'est posée tout au long du procès. Six mois de prison avec sursis et 15.000 euros d’amende ont été requis également contre l’ancienne maîtresse de Youssoufi Touré et gestionnaire de projet, Anita F.

Délibéré le 25 juin 2020

Le parquet a par ailleurs demandé une peine d'un an de prison avec sursis et 50.000 euros d’amende à l’encontre de l’architecte Michel Abonneau. Le jugement sera rendu le 25 juin prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu