Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux avocats du barreau du Mans récupèrent un dossier d'Assises en urgence

-
Par , France Bleu Maine

Le femme de 46 ans jugée depuis ce lundi devant la Cour d'Assises de la Sarthe aura finalement deux avocats sur le banc de la défense. Elle a dû s'exprimer seule au premier jour de son procès, après que son avocat s'est dessaisi pour des raisons a priori financières.

Deux avocats du Mans acceptent de récupérer le dossier au deuxième jour de procès
Deux avocats du Mans acceptent de récupérer le dossier au deuxième jour de procès © Radio France - Boris Hallier

Le Mans, France

Ils n'auront eu que quelques heures pour prendre connaissance du dossier. Deux avocats du Mans, l'ancien bâtonnier Maître Boris Marie et le bâtonnier désigné maître Aurélie Domaigné, ont accepté de reprendre un dossier brûlant jugé, depuis ce lundi, devant la Cour d'Assises de la Sarthe.

Une femme de 46 ans comparaît pour le meurtre de son compagnon. Coup de théâtre, quelques jours avant le début du procès : son avocat décide de ne pas se présenter pour des raisons a priori financières. La Cour a tout de même décidé de maintenir l'audience, au nom du droit d'être jugé dans des délais raisonnables. Les faits présumés remontent au mois de juillet 2016.

Une situation exceptionnelle

"C'est une situation tout à fait exceptionnelle, souligne Maître Aurélie Domaigné. Nous comptons 170 avocats au barreau du Mans, il était inconcevable de laisser une accusée pendant quatre jours sans défense. Le contradictoire est le principe de base, de pouvoir échanger pour qu'une bonne décision de justice soit rendue". 

Selon l'avocate, l'accusée, très soulagée, aurait immédiatement accepté d'être défendue. Sa fille se dit, elle aussi, rassurée : "c'est la garantie que toutes les parties du dossier seront examinées de façon partiale. Il y a certains points dont un accusé, qui n'a pas connaissance de tout le dossier, ne peut pas se défendre, ce qu'un avocat peut faire".

La reprise du dossier était également attendu dans les rangs des parties civiles, notamment par le beau-père de la victime : "ça fait trois ans qu'on attend ce procès, on a eu peur qu'il soit reporté. Pour en finir, il faut passer par là. Il faut qu'elle soit jugée pour ce qu'elle a fait et tirer et tirer un trait sur cette affaire"

Le deuxième jour d'audience commence ce mardi à 14 heures. Toutes les auditions prévues dans la matinée ont été reportées l'après-midi.