Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux bureaux de tabac braqués à Besançon

-
Par , France Bleu Besançon

Deux bureaux de tabac ont été braqués ce vendredi à Besançon, à sept minutes d'écart, vers 13h. A chaque fois, la gérante était seule. Le ou les malfaiteur(s) sont en fuite.

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration) © Radio France - Noémie Guillotin

Deux bureaux de tabac ont été braqués ce vendredi à Besançon, à moins de dix minutes d'écart. Ces deux vols à main armée ont lieu pendant la pause déjeuner, l'un sur le boulevard Léon Blum du côté du quartier de Palente, l'autre sur le boulevard Léo Lagrange, près du stade. A chaque fois, un homme seul a commis le vol ou la tentative de vol, mais pour l'instant il est trop tôt pour déterminer s'il s'agit de la même personne pour les deux faits.

Un faux pistolet pour le premier braquage

Le premier braquage était en fait une tentative de vol à main armée, qui a échoué. Le voleur arrivé à vélo entre à 12h46 au tabac presse Nguyen. Il demande des feuilles à rouler. La gérante, qui est à la caisse, lui donne et demande la somme. "Il portait un masque et une capuche" raconte-t-elle. "Il m'a tendu un sac pour que je mette le paquet dedans... et là il a sorti un pistolet, mais c'était un jouet". Le braqueur réclame alors la caisse. La gérante court vers la réserve pour prévenir son employée, qui appuie sur le bouton d'alarme, afin de prévenir les policiers. Le braqueur s'enfuit, sans rien. C'est le troisième braquage en deux ans dans cet établissement.

2500 euros de préjudice dans le deuxième, selon la gérante

Sept minutes plus tard, au tabac-presse du stade (avenue Léo Lagrange), la gérante est seule dans son établissement quand le braqueur fait irruption à 12h53. Sa tête est recouverte d'une capuche et un masque cache une partie de son visage. "Il a brandi un pistolet et m'a réclamé la caisse. Je n'ai pas réfléchi, je lui ai donné" raconte Manuelle Dars. Tout est allé très vite. "Trente secondes avant il y avait des clients, et trente secondes après aussi... il a agi pile quand j'étais seule" explique la gérante.

C'est la première fois qu'elle est la cible d'un braquage. La patronne estime le préjudice à 2.500 euros : la recette de la matinée et les dépôts des comptes Nickel, "de l'argent qui ne nous appartient pas" confie-t-elle. Manuelle Dars a déposé plainte ce vendredi après-midi auprès du commissariat de police de Besançon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess