Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux cas présumés de féminicides en Mayenne : comment lutter contre les violences conjugales ?

-
Par , France Bleu Mayenne

Ce samedi à Paris, plusieurs collectifs se sont rassemblés à Paris pour dénoncer les féminicides. Dans le département, deux femmes auraient été tuées par leur conjoint depuis le début de l'année. La préfecture et des associations tentent d'enrayer ce décompte dramatique.

Plus de 70 femmes sont mortes depuis de l'année sous les coups de leur conjoint (photo d'illustration).
Plus de 70 femmes sont mortes depuis de l'année sous les coups de leur conjoint (photo d'illustration). © Maxppp - PIERRE ROUANET

Département Mayenne, France

Elles s’appelaient Nelly et Mambu. Ces deux Mayennaises sont mortes cette année sous les coups de leur conjoint. Alors qu'à Paris, des collectifs ont manifesté contre les féminicides samedi dernier, des actions sont mises en place dans le département pour lutter contre les violences conjugales

Faire de la prévention

Le décompte fait froid dans le dos. Plus de 70 femmes ont été tuées par leur compagnon ou leur ex depuis le début de l'année en France. La Mayenne n'échappe pas à ce fléau. Deux femmes font partie de cette triste liste. "C'est énorme, confie Stéphane Laure, déléguée en Mayenne aux droits des femmes et à l'égalité. Il faut faire le maximum et nous sommes très mobilisés sur la question"

"La priorité, c'est de protéger ces femmes", explique Stéphane Laure. Quitte à les retirer du domicile. Pour éviter un trop gros préjudice cependant en les poussant à partir du logement, quitter son travail, changer les enfants d'école, la préfecture veut davantage placer le conjoint violent ailleurs, hors cas de garde-à-vue ou détention provisoire. Une place d'hébergement d'urgence pour compagnon violent existe dans le département

Pour Stéphane Laure, l'autre priorité c'est la prévention auprès des jeunes. "Ça prendra du temps, reconnait-elle. C'est l'histoire d'une génération mais nos enfants doivent être sensibilisés à l'égalité hommes-femmes et au respect mutuel dans les relations amoureuses. Des associations interviennent dès l'école maternelle et il y a un chargé à l'égalité dans chaque collège et lycée du département"

Enfin, un numéro national existe pour les femmes victimes ou les témoins de violences conjugales : le 3919. Le gouvernement a aussi mis en ligne une plateforme internet pour signaler toutes violences sexistes ou sexuelles