Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux ans de prison ferme pour une mère qui avait envoyé de l'argent à son fils parti combattre en Syrie

jeudi 28 septembre 2017 à 14:34 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

La mère d'un djihadiste français mort en Syrie est condamnée ce jeudi à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris. Cette Alsacienne a été reconnue coupable de "financement du terrorisme". Elle avait envoyé de l'argent à son fils, mais affirme n'avoir rien su de ses activités.

Le tribunal correctionnel de Paris a reconnu une mère coupable de financement du terrorisme, en raison de l'argent qu'elle a envoyé à son fils en Syrie.
Le tribunal correctionnel de Paris a reconnu une mère coupable de financement du terrorisme, en raison de l'argent qu'elle a envoyé à son fils en Syrie. © Maxppp -

Alsace, France

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, jeudi 28 septembre, Nathalie Haddadi, à deux ans de prison ferme pour "financement du terrorisme". Elle est la mère d'un jeune djihadiste mort en Syrie en août 2016. Elle lui avait envoyé 2.800 euros et payé des billets d'avion.

La peine prononcée par le tribunal correctionnel de Paris va au-delà des réquisitions. Le 6 septembre dernier, lors de l'audience qui s'était terminée à quatre heures du matin, dans une ambiance très tendue, le procureur avait requis 18 mois de prison ferme.

Conseillère commerciale en Alsace, Nathalie Haddadi a reconnu pendant l'audience avoir envoyé des billets d'avion pour la Malaisie à son fils et rien d'autre. Elle affirme qu'elle n'était pas au courant des activités de son fils en Syrie.