Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux ans et demi après l'explosion mortelle de son usine de Bayonne, la société AFM Recyclage va rouvrir

samedi 9 février 2019 à 17:10 - Mis à jour le samedi 9 février 2019 à 17:05 Par Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

Deux ans et demi après l'explosion accidentelle, qui avait causé la mort de deux employés, l'entreprise "AFM Recyclage" va pouvoir rouvrir dans les prochaines semaines son site de Bayonne.

Les 2 hectares du site bayonnais désormais opérationnels
Les 2 hectares du site bayonnais désormais opérationnels © Radio France - Paul NicolaÏ

Bayonne, France

C'est une question de semaines, pas plus. Le site bayonnais de la société "AFM Recyclage", filiale du groupe Derichebourg, va de nouveau entrer en activité. Une reprise qui aura lieu deux ans et demi après l'explosion accidentelle qui avait fait 2 morts et 8 blessés dans la zone artisanale Saint Etienne. Une réunion publique s'est déroulée samedi 9 février pour expliquer aux riverains les mesures de sécurité mises en place pour le recyclage de ferrailles et de métaux.

Un drame qui avait fait deux morts

Les faits remontent au 12 mai 2016. Ce jour là, deux ouvriers attaquent au chalumeau un objet métallique qu'ils pensent provenir du secteur agricole. L'explosion est d'une rare violence. Elle va tuer les deux ouvriers et blesser 8 autres personnes. Tout le secteur sera secoué et de nombreuses maisons et bâtiments d'entreprises seront détruits. L’enquête judiciaire, dont l'instruction n'est pas terminée, va révéler que l'objet en question était une mine maritime britannique datant de la seconde guerre mondiale. D'un diamètre de 2,50 m et longue de 2,40 m, la mine était remplie de TNT. On ne sait pas comment elle est arrivée sur le site, mais elle a sans doute été ramassée sur une plage, avant d'être transportée par une entreprise ou un particulier.

Vers une reprise de l'activité

D'importants travaux de terrassement et de mise aux normes ont été réalisés sur les deux hectares du site. Désormais, il va servir de simple dépôt  pour la ferrailles et les métaux, avant un transit vers d’autres unités du groupe. Les anciennes activités de decoupage au chalumeau sont proscrites. "Il n'y aura pas d'activité de production" précise le PDG Jean-Philippe Desplat. C'est maintenant le préfet du département qui doit donner son feu vert.

Des riverains inquiets 

Les explications de la direction de l'entreprise , du maire de Bayonne Jean-René Etchegarray et du sous préfet Hervé Jonathan, n'ont pas rassuré les habitants du quartiers.  Hervé est une agriculteur du quartier et ne comprend pas comment l'entreprises a pu obtenir l'autorisation de rouvrir: "Cela fait trois générations que ma famille possède une ferme et depuis l'implantation de l'usine en 93 c'est un carnage écologique. c'est incompréhensible". 

Reportage Paul Nicolaï