Faits divers – Justice

Deux hommes du "clan Monge" condamnés pour trafic de drogue à Avignon

Par Aurélie Lagain et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse jeudi 21 janvier 2016 à 10:54

Cour d'assises spéciale d'Avignon
Cour d'assises spéciale d'Avignon © Radio France - Philippe Paupert

La cour d'assises spéciale de Vaucluse a condamné deux "satellites" du clan Monge à deux et sept ans de prison, pour trafic de drogue et association de malfaiteurs.

Aux assises de Vaucluse, deux et sept ans de prison ont été infligé à deux hommes. A 68 et 51 ans, Gérard Goupy et Didier Thisse ont été reconnus coupables d'associations de malfaiteurs et d'avoir participé aux trafic de cocaïne et de cannabis du clan Monge dans les années 2000.

Ces hommes étaient des "satellites" de l'équipe de Marc Monge, ce malfaiteur de Carpentras abattu de quatre balles dans la tête en 2000 en région parisienne.

La cour spéciale d'assises a voulu, selon le procureur, "tirer le linceul sur cette époque criminelle".

Didier Thisse a été condamné à deux ans de prison pour association de malfaiteurs. Il a reconnu qu'il a mis en contact ceux qui ont tenté en vain d'importer 1600 kilos de cannabis depuis le Maroc. L'opération a échoué. L'avocat de Didier Thisse, Marc Geiger, apprécie que la cour d'assises ait su aussi prendre "la mesure du temps qui a passé".

"C'est toute la dignité de cette justice de ne pas tomber  sur cet accusé comme si on était à l'époque des faits. Il faut prendre la mesure du temps qui a passé et du comportement qui est le sien depuis. C'est avec dignité que cette juridiction l'a déclaré coupable mais condamné à une peine qui lui permet de poursuivre sa vie."

Me Marc Geiger défend l'un des accusés

Me Marc Geiger - Radio France
Me Marc Geiger © Radio France - Philippe Paupert

La cour d'assises a infligé sept ans de prison à l'autre accusé, Gérard Goupy (68 ans). Il avait déjà été condamné à huit reprises et après 15 ans de cavale en Espagne, ce proche de Marc Monge a nié pendant tout le procès. 

"Il n'a pas réussi à dire sa vérité, une page se tourne véritablement pour lui. La page, il l'avait tournée il y a déjà quinze ans, mais il fallait rendre des comptes sur cette période de sa vie."

Me Lina Mourad défend l'un des accusés

Me Lina Mourad - Radio France
Me Lina Mourad © Radio France - Philippe Paupert

À voir aussi