Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux fillettes abandonnées dans un taudis à Nîmes, la mère évoque un malentendu sur la garde

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Les deux fillettes étaient seules dans l'appartement jonché de détritus et infesté de cafards. La maman a expliqué qu'il y avait eu un malentendu au sein de la famille sur la garde des enfants.

Police - Illustration
Police - Illustration © Radio France

Deux fillettes laissées seules toute une après-midi dans un logement totalement insalubre. Ça s'est passé à Nîmes ce dimanche dans le quartier populaire du clos d'Orville. Fort heureusement, les deux enfants, âgées de 3 ans et 5 ans, sont en bonne santé, mais les policiers nîmois ont découvert une situation sanitaire effrayante avec des restes de nourriture, des détritus de toutes sortes, des meubles cassés et des cafards partout dans l'appartement aux allures de véritable taudis.  

Les policiers alertés par une voisine

Les policiers avaient été alertés vers 21h30 par une voisine qui s'inquiétait de leur sort. Leur maman, âgée de 29 ans, a fini par donner signe de vie en se rendant au commissariat près de deux heures plus tard.

Au cours de son audition, elle a expliqué que c'est son beau frère qui était censé garder les enfants pendant qu'elle était partie travailler et que son mari était allé jouer au foot, mais il y aurait eu un malentendu et c'est pour cette raison que les deux fillettes se seraient retrouvées livrées à elles mêmes.

Des explications qui n'ont convaincu qu'en partie les policiers. La jeune femme d'origine mahoraise a été laissée en liberté, mais l'enquête se poursuit. En attendant une éventuelle intervention des services sociaux, les deux enfants ont été prises en charge par leur grand-mère.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess