Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux Françaises retenues en Géorgie... parce qu'elles possédaient du Dafalgan

jeudi 7 août 2014 à 13:29 France Bleu

Deux touristes françaises sont bloquées depuis une semaine en Géorgie, où elles passaient leurs vacances. Les douaniers ont trouvé dans leurs valises du Dafalgan Codéiné, un médicament vendu librement en France, mais interdit dans ce pays. Elles sont dans l'attente d'un procès.

Les deux Françaises sont bloquées en Géorgie parce qu'elles avaient du Dafalgan dans leurs sacs
Les deux Françaises sont bloquées en Géorgie parce qu'elles avaient du Dafalgan dans leurs sacs © MaxPPP

Le Dafalgan codéiné : ce médicament très utilisé pour les maux de tête est très utilisé en France, mais dans d'autres pays il est interdit, en raison de la présence de codéine , un opiacé dont l'utilisation est parfois détournée (comme c'est le cas pour la morphine). Deux Françaises en ont fait les frais, la semaine dernière, ont révélé nos confrères de France Info

"Au bout de trois heures, le policier nous a dit 'vous allez nous suivre au commissariat '" raconte Arzu Bilici, une mère de famille vivant près de Strasbourg, qui a décidé d'aller passer quelques heures en Géorgie en rentrant d'un séjour en Turquie. Les douaniers ont été alertés par ces médicaments , qui lui sont prescrits pour des maux de tête.

Passible de 2.500 euros d'amende

Ses papiers confisqués, elle est retenue depuis huit jours en Géorgie. Elle a depuis été rejointe par une autre Française , dans la même situation. Le consul de France en Géorgie leur a fait savoir qu'il ne pouvait rien pour eux : " Estimez-vous heureuses de ne pas être en prison (...). C'est de l'ordre du privé, ce n'est pas d'ordre politique donc on ne peut rien faire ", leur aurait expliqué le consul. 

Pour l'heure, les deux femmes attendent un procès qui doit avoir lieu pour valider l'amende de 2.500 euros qui leur a été signifiée . Le consulat français, contacté par France Info, n'a pas souhaité répondre.