Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le patrimoine d'un varois, de la mouvance Gilets jaunes, saisi

Deux varois évoluant dans la mouvance des Gilets jaunes dans le Var ont été écroués le 15 mai dernier. Ils sont accusés d'avoir mis le feu à des radars automatiques le long de l' A8 et d'avoir tenté d'incendier une station service aux Arcs. Le patrimoine de l'un des deux hommes doit être saisi.

Rassemblement des Gilets jaunes à Toulon le 8 Mai.
Rassemblement des Gilets jaunes à Toulon le 8 Mai. © Maxppp - Dominique Leriche

Les Arcs, France

C'est la brigade de recherches de Draguignan qui a mené l'enquête après la destruction de radars automatiques le long de l'autoroute A8 et d'un incendie à la station service Hyper U aux Arcs entre le mois de décembre dernier et le mois de mars en plein mouvement des Gilets jaunes.

C'est grâce d'abord à la vidéosurveillance de la station-service que l'un des suspects a pu être identifié. Un homme, déjà connu de la police pour recel. Sa présence sur les lieux des délits a été confirmée par son ADN. En l'identifiant, les gendarmes ont pu ensuite remonter la piste du deuxième homme grâce à la téléphonie et la géolocalisation. 

Un préjudice estimé à 233 000 euros 

Les deux hommes ont donc été arrêtés, placés en garde à vue. Puis au terme de leur garde à vue, ils ont été mis en examen pour destruction par incendie en bande organisée. 8 équipements  sont concernés, comme des radars et des relais de téléphonie mobile, ainsi qu'une station service située aux Arcs.  La valeur des dégâts est estimée à 233 000. Or l'un des deux mis en cause, un varois, qui travaille, est propriétaire de 3 appartements dont la valeur avoisine les 175 000 euros. Le juge d'instruction veut donc saisir ces appartements. Ils seront ainsi confisqués dans l'attente d'un éventuel renvoi des deux hommes devant la justice.  

"Une application de la loi" selon un magistrat

Si ce type de saisie est courant dans les dossiers de stupéfiants, c'est la première fois qu'il intervient dans un dossier impliquant des individus qui gravitent autour du mouvement des gilets jaunes. "C'est la simple application de la loi en matière criminelle. Le juge d'instruction peut décider de la saisie à tout moment de la procédure. Cela permet de prévoir l'indemnisation des victimes en cas de procès" indique Florent Boitard, le délégué régional de l'Union syndicale des Magistrats.