Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Acte XV des "gilets jaunes" : deux figures iséroises du mouvement interpellées à l'aube

-
Par , , France Bleu Isère

Julien Terrier, porte-parole des "gilets jaunes" en Isère, et un autre membre actif du mouvement ont été placés en garde-à-vue tôt ce samedi 23 février. La veille, ils avaient appelé dans une vidéo à "prendre" le péage de Voreppe.

Julien Terrier, porte-parole des gilets jaunes en Isère (au centre, avec le mégaphone).
Julien Terrier, porte-parole des gilets jaunes en Isère (au centre, avec le mégaphone). © Radio France - Elisa Montagnat

Grenoble, France

Julien Terrier et Jérôme Bouzendorffer ont été placés en garde-à-vue ce samedi 23 février. Les deux hommes ont été arrêtés chez eux un peu après 7 heures du matin, par les gendarmes. Vendredi, ces deux figures du mouvement en Isère avaient posté sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle ils appelaient à une nouvelle opération péage-gratuit à Voreppe (Isère) pour l’acte XV des "gilets jaunes".

Crainte de débordements

D'après le procureur de la république de Grenoble, l'interpellation de ces deux "gilets jaunes" s'est déroulée dans le cadre d'une procédure de flagrance pour participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre des personnes ou de dégradations de biens. Autre motif invoqué par la justice : l'appel à une manifestation non déclarée sur la voie publique. 

Julien Terrier avait déjà été interpellé et placé en garde-à-vue le 8 décembre dernier, alors qu'il était au milieu de "gilets jaunes" au parc Paul Mistral de Grenoble et qu'il avait appelé à marcher en direction de la préfecture de l’Isère. 

Choix de la station

France Bleu