Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux hommes crient "Allah Akbar" en gare de Saint-Brieuc et menacent de mort un agent

mardi 10 avril 2018 à 19:38 Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

D'importants moyens de police ont été déployés ce mardi en gare de Saint-Brieuc. Deux hommes ont proféré des menaces de mort et crié "Allah Akbar". Rapidement arrêtés, ils ont été placés en garde à vue pour apologie du terrorisme, menaces de mort et rébellion puis envoyés en hôpital psychiatrique.

Capture d'écran Google Maps
Capture d'écran Google Maps

Saint-Brieuc, France

La scène dure une demi-heure, pas plus. Peu avant midi, deux hommes très agités s'en prennent à un agent à un guichet. Ils crient "Allah Akbar", Dieu est grand, critiquent la France. La situation est tendue. Le trafic des trains est interrompu et la gare en partie évacuée.  

Intervention d'une équipe de policiers spécialisée dans les tueries de masse

La police arrive très vite sur place, une quinzaine de policiers est mobilisée dont une équipe spécialisée dans les tueries  de masse. 

Vu le contexte et le lieu potentiellement très fréquenté, il fallait une réponse rapide, dit-on au commissariat. 

Les deux hommes internés d'office

Les deux hommes sont interpellés, leurs bagages fouillés, la gare également. Aucun élément suspect n'est découvert. Le trafic a pu reprendre quelques minutes plus tard. Les deux hommes sont âgés de 23 et 32 ans. Connus des services de police, ils ont été placés en garde à vue pour apologie du terrorisme, menaces de mort et rébellion avant d'être envoyés d'office en hôpital psychiatrique.