Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux hommes en garde à vue après la publication sur internet d'une vidéo violente se déroulant à Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Deux hommes sont en garde à vue depuis ce mardi après la publication d'une vidéo violente sur les réseaux sociaux. On les voit frapper un homme au sol à Nantes. C'est l'indignation provoquée par cette vidéo sur les réseaux sociaux qui a conduit à leurs gardes à vues.

Photo d'illustration d'une personne tenant un téléphone portable affichant le logo de Twitter
Photo d'illustration d'une personne tenant un téléphone portable affichant le logo de Twitter © Maxppp - Aurélie Audureau

Deux hommes d'une vingtaine d'années sont en garde à vue depuis hier après une violente agression dimanche soir place Graslin à Nantes. Elle a été filmée et publiée par les agresseurs eux-même sur les réseaux sociaux. On y voit un homme poussé à terre, puis frappé à la tête à coups de pieds pour lui voler son vélo dimanche vers 5h du matin. C'est l'indignation sur Twitter de cette scène violente qui a conduit à leurs gardes à vues. 

Des appels à la vengeance 

La vidéo a été vue et partagée près de 200 000 fois. Les internautes fustigent une violence gratuite et sont scandalisés par l'image de cet homme inerte dont on voit la tête heurtée par quatre coups de pieds. A cette colère s'ajoute alors des appels à la vengeance personnelle. Les agresseurs, à visage découvert sur la vidéo, sont d'ailleurs vite reconnus et dans les commentaires fleurissent des adresses postales très précises à Saint-Sébastien et Haute-Goulaine. 

En descendant on trouve aussi des captures d'écrans de profils Snapchat. Les appels au meurtre se multiplient. L'un des agresseurs prend alors peur et se rend de lui-même à la gendarmerie expliquant craindre pour sa vie. L'autre est interpellé grâce aux commentaires Twitter qui ont permis de remonter sa piste. La plateforme Pharos qui s'occupe des contenus suspects sur internet a été saisie. La police nationale appelle à ne plus relayer la vidéo. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu