Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Deux immeubles s'effondrent près de la porte de Bourgogne à Bordeaux, trois blessés

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Au moins trois personnes ont été blessés dans l'effondrement de deux immeubles, au 19 et 21 rue de la Rousselle, à Bordeaux, près de la Porte de Bourgogne. Un des immeubles était en travaux et l'autre habité. Plusieurs dizaines de pompiers étaient sur place lundi matin pour fouiller les décombres.

Les deux immeubles se sont effondrés rue de la Rousselle.
Les deux immeubles se sont effondrés rue de la Rousselle. © Radio France - Yvan Plantey

Un nouvel effondrement de bâtiment s'est produit à Bordeaux, dans la nuit de dimanche à lundi. Il était 0h20 lorsque les pompiers ont été appelés pour l'effondrement total de deux immeubles au 19 et 21 rue de la Rousselle, près de la porte de Bourgogne. "Les deux immeubles, qui étaient de trois étages, se sont intégralement effondrés", ont précisé les pompiers. Un accident "très impressionnant", selon Amine Smihi l'adjoint au maire chargé de la sécurité, présent sur place.

L'un des immeubles était vétuste, inoccupé et en travaux, mais l'autre était habité par neuf personnes. "Il ne nous est pas possible de déterminer ce qui a causé l’effondrement et quel immeuble est tombé en premier", a précisé le lieutenant-colonel Esselin, chef du groupement qui couvre la rive gauche de Bordeaux. Par ailleurs, l'immeuble en travaux n'était "absolument pas" sous le coup d'un arrêté de péril.

Le bilan est presque miraculeux - Lieutenant-colonel Esselin, présent sur place

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au moins trois personnes ont été blessées, dont un homme de 28 ans évacué dans un état très grave vers le CHU Pellegrin. D'après les pompiers, il était enseveli sous les gravats, après avoir chuté du quatrième étage. Il était en train de faire la fête avec cinq autres amis. Ils décrivent une scène de film d'horreur, où le sol se dérobe sous leurs pieds. 

Réfugiés sur une corniche, ils ont été récupérés par les pompiers grâce à une nacelle, avec un bras articulé. Ils ont ensuite été évacués vers le Palais des sports, où la mairie avait ouvert un lieu d’hébergement d'urgence. Les pompiers ont déployé de gros moyens, notamment avec des chiens pour fouiller les décombres, et 72 personnes mobilisées et une vingtaine de véhicules déployés. 

Un peu avant 7h, les pompiers ont mis fin à l'opération, estimait que le bilan était définitif, après quelques minutes de doutes sur la présence d'une personne sous les décombres. À 6h15, le lieutenant-colonel Esselin parlait d'un "bilan presque miraculeux", "au regard des destructions d'immeubles, qui sont complètes". "Nous avons échappé au pire", a confirmé de son côté Amine Smihi.

Cela s'est passé aux alentours de minuit.
Cela s'est passé aux alentours de minuit. © Radio France - Yvan Plantey

Au total, une trentaine de personnes, y compris dans les immeubles adjacents, ont été évacués. "Dix immeubles ont été évacués au total par mesure de précaution. Une expertise va démarrer dès ce lundi matin pour identifier les éventuels risques qui subsisteraient pour les immeubles avoisinants", a détaillé le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse. Ces immeubles étaient sous périmètre de sécurité, "avec une surveillance permanente", a assuré Amine Smihi. "Il y a eu un orage vers minuit avec beaucoup de pluie et des éclairs", raconte ainsi Jacques, qui fait partie des évacués. "On a entendu un bruit sourd et surtout dix minutes après on entendait des bruits de coups sur toutes les portes de l’impasse. On a vu que c’était les pompiers qui cherchaient à réveiller les gens et trouver une issue sur l’arrière du bâtiment."

Au total, une trentaine de personnes, y compris dans les immeubles adjacents, ont été évacués.
Au total, une trentaine de personnes, y compris dans les immeubles adjacents, ont été évacués. © Radio France - Yvan Plantey

D'autres sont restées bloquées chez elles, à cause de la présence de gravats devant leur porte. "On a été réveillé par du bruit et des cris. On ne savait pas trop ce que c’était", raconte Olympe, qui habite juste en face des immeubles qui se sont écroulés. "Je suis descendu, j’ai ouvert les volets et j’ai découvert que l’immeuble en face s’était effondré." Cette femme d'une trentaine d'années a été très angoissée : "On ne comprend pas ce qui se passe. On a tout à coup très peur, on ne sait pas ce qui se passe du tout. On se dit : ‘Qu’est-ce qui va m’arriver ? qu’est-ce qui est arrivé aux voisins ?’" Jacques confirme : "C'est un peu inquiétant car c'est le deuxième bâtiment qui tombe sur Bordeaux en huit jours."

Des habitantes bloquées chez elles, ce lundi matin.
Des habitantes bloquées chez elles, ce lundi matin. © Radio France - Yvan Plantey

Mercredi, un immeuble s'effondrait à Saint-Michel

Mercredi dernier, un immeuble de deux étages s'était déjà effondré dans le quartier Saint-Michel, à Bordeaux, rue Planterose. Il était vide d'occupants, un arrêté de péril imminent avait déjà été pris. "Ça fait déjà la deuxième fois en peu de temps", confirme Amine Smihi alors que de nombreux habitants expriment leur inquiétude.

78 sapeurs-pompiers ont été mobilisés
78 sapeurs-pompiers ont été mobilisés © Radio France - Yvan Plantey
Choix de la station

À venir dansDanssecondess