Faits divers – Justice

Deux jeunes Niçoises qui projetaient de commettre un attentat écrouées

Par Mikaël Roparz, France Bleu Azur et France Bleu dimanche 25 septembre 2016 à 13:06 Mis à jour le dimanche 25 septembre 2016 à 18:25

La promenade des Anglais à Nice
La promenade des Anglais à Nice © Maxppp - Franck Fernandes

Deux Niçoises radicalisées ont été interpellées et placées en détention provisoire. On les soupçonne d'avoir voulu commettre une action djihadiste.

Les deux jeunes âgés de 17 et 19 ans ont été interpellées mi-septembre par la DGSI, la Direction générale de la Sécurité intérieure. L'enquête ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris le 9 septembre a permis d'établir qu'elles étaient en contact avec Rachid Kassim, propagandiste actif du groupe Etat islamique, qui lance des appels aux meurtres via la messagerie cryptée Telegram depuis la zone irako-syrienne.

Elles "ont reconnu qu'elles avaient envisagé une action violente, sous l'influence de Rachid Kassim avant d'y renoncer", selon une source proche de l'enquête.

La mineure de 17 ans était inconnue des services de renseignement. Lors de sa garde à vue elle a indiqué "en vouloir beaucoup aux militaires". Elle a été mise en examen le 17 septembre à Paris pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et écrouée.

600 adolescents suivis en France

L'autre Niçoise était en revanche connue dans le cadre de l'enquête sur la filière djihadiste niçoise organisée par Omar Diaby, considéré comme l'un des premiers recruteurs de combattants français. Agée à l'époque de 17 ans, elle projetait de rejoindre les terres du djihad. Elle était depuis sa mise en examen en novembre 2014 sous contrôle judiciaire avec obligation de pointer.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a souligné que l'Etat islamique incitait "des Français de plus en plus jeunes à passer à l'acte". De son côté, le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas a précisé que six cents adolescents font l'objet en France d'un suivi car ils présentent des signes de radicalisation.

Partager sur :