Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux jeunes rémois jugés pour apologie du terrorisme finalement condamnés pour menaces de mort répétées

mardi 29 décembre 2015 à 18:29 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Deux jeunes qui devaient être jugés ce mardi pour "apologie du terrorisme" devant le tribunal correctionnel de Reims ont finalement été condamnés à 3 mois de prison ferme pour "menaces de mort réitérées". Ils avaient menacé trois vigiles de la discothèque L'atrium à Reims le 21 novembre dernier.

Le tribunal correctionnel de Reims a requalifié les faits.
Le tribunal correctionnel de Reims a requalifié les faits. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Au procès pour apologie du terrorisme ce mardi devant le Tribunal Correctionnel de Reims, deux jeunes rémois ont finalement été condamnés pour "menaces de mort réitérées". Agés de 22 et 23 ans, les deux jeunes ont écopé de 3 mois de prison ferme pour avoir menacé des vigiles de la boite de nuit "L'atrium" à Reims, le 21 novembre dernier, près d'une semaine seulement après les attentats de Paris. 

Les faits requalifiés en "menaces de mort réitérées"

Les deux jeunes étaient accusés d'avoir dit aux trois vigiles le 21 novembre dernier devant la discothèque: "On va vous flinguer, vous mitrailler, comme les victimes des attentats à Paris, comme la semaine dernière à Paris". Mais lors de l'audience ce mardi devant le tribunal correctionnel, cette référence aux attentats n'a pas été confirmée explicitement pas les trois vigiles, entendus comme témoins à la barre. "Les vigiles n'ont pas été précis, et la bande vidéo, il y a pas de son. Quand on juge des personnes la moindre chose c'est d'être précis dans les accusations qu'on porte", réagit Maitre Pascal Ammoura qui défend l'un des prévenus. 

Réactions après l'audience des avocats des prévenus

Le tribunal correctionnel de Reims a bien reconnu les insultes et les menaces, mais pas les faits d'"apologie du terrorisme". Les deux jeunes rémois ont donc été condamnés pour "menaces de morts réitérées". Un troisième rémois, présent également le 21 novembre, sera jugé lui en janvier pour des questions de procédure.