Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux lycéennes grièvement brûlées lors d'un cours de biologie en Vendée

vendredi 1 juin 2018 à 5:12 - Mis à jour le vendredi 1 juin 2018 à 7:30 Par Marion Fersing et Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan et France Bleu

C'est un accident rarissime : jeudi, deux élèves du lycée Sainte-Marie de Chantonnay ont été grièvement brûlées pendant un cours de biologie. Il y a eu un retour de flamme pendant une expérience. Leur enseignante et une autre lycéennes sont plus légèrement blessées.

Une quarantaine de pompiers ont été mobilisés au lycée Sainte-Marie de Chantonnay Auteur :
Une quarantaine de pompiers ont été mobilisés au lycée Sainte-Marie de Chantonnay Auteur : © Radio France - Emmanuel Sérazin

Chantonnay, France

C'est une expérience qui est régulièrement réalisées en classe de seconde. Mais, ce jeudi, elle a mal tourné au lycée Sainte-Marie de Chantonnay. Trois élèves et leur enseignante ont été blessées, dont deux grièvement.

Une grosse boule de feu

Ça s'est passé pendant un cours de travaux pratiques en biologie. En classe dédoublée, avec seulement une quinzaine d'élèves dans la salle. Les élèves et leur enseignante manipulaient de l'éthanol quand il y a eu un retour de flamme. Une grosse boule de feu ! Une élève a été grièvement brûlée au visage, prise en charge par le Samu et transportée à Nantes par hélicoptère. Sa voisine la plus proche a été grièvement brûlée à une main et elle aussi transférée à Nantes. L'enseignante et la dernière élève, un peu en retrait, sont plus légèrement touchées. 

Une expérience classique

Il faudra attendre le témoignage direct des victimes pour expliquer ce qui a provoqué ce retour de flamme, une expérience pourtant classique, déjà réalisée la semaine dernière dans la même salle, sous la direction d'une enseignante titulaire, et très expérimentée.

Les élèves sont en état de choc

L'enseignement catholique de Vendée a déclenché sa cellule de crise pour accompagner les autres élèves, très choqués, explique son responsable, Dominic Remaud : "ils nous ont dit peu de choses. Ils sont en état de choc, de sidération. Une des élèves a d'ailleurs du être évacuée parce qu'elle n'arrivait pas à sortir de cet état de choc. On a quand même pu échanger avec les élèves, faire en sorte qu'ils puissent parler. Ils ont aussi pu rencontrer une psychologue"