Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux militants anti-Bure jugés en appel à Nancy

jeudi 10 janvier 2019 à 18:50 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Les deux opposants étaient poursuivis pour avoir détruit un mur construit par l'ANDRA, l'agence de gestion des déchets radioactifs, dans le bois Lejuc près de Bure dans la Meuse. Lors du premier procès, ils avaient été condamnés à quatre mois de prison avec sursis. Même peine requise en appel.

Une cinquantaine d'opposants à Cigéo se sont rassemblés devant la Cour d'Appel de Nancy
Une cinquantaine d'opposants à Cigéo se sont rassemblés devant la Cour d'Appel de Nancy © Radio France - Mohand Chibani

Nancy, France

Un peu plus d'une heure de débat, un représentant du ministère public hésitant sur les photos censées représenter les deux prévenus, et les deux paysans à la barre qui assument leur opposition au centre d'enfouissement de Bure mais qui démentent catégoriquement être les personnes qu'on leur montre sur les clichés. « Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’instruction est bancale » estime Muriel Ruef, avocate de l'un des deux prévenus « on ne sait pas comment de cette photo, hyper floue et sur laquelle on ne reconnait personne et sur laquelle il est même très difficile de voir une infraction, et on ne sait pas comment on est passé de cette photo à une personne avec un nom, un prénom et une adresse, il y a vraiment des trous dans l’investigation, soyons clair ! ».

Deux députées de la France Insoumise sont venues soutenir les opposants à Cigéo - Radio France
Deux députées de la France Insoumise sont venues soutenir les opposants à Cigéo © Radio France - Mohand Chibani

La justice veut faire un exemple

L’autre avocat de la défense, Florian Regley soupçonne les pouvoirs publics de vouloir faire de ce procès un exemple « sur 500 manifestants, on en prend deux, plus ou moins au hasard, et je crois que la justice devait avoir des comptes à régler, en tout cas la question est sur la table, notamment dans le cadre d’une autre instruction. En tout cas, regardez derrière vous, ils sont encore nombreux à croire au combat, ce n’est donc pas terminé ».

Ces terres ont déjà vécues les pires horreurs de la guerre, Remy, agriculteur

En traversant la rue, sur la place carrière, une cinquantaine de personnes sont en effet rassemblées devant un stand de la Confédération Paysanne pour partager, soit un café, soit une soupe. Tous sont venus soutenir les deux prévenus. Remy Picot, agriculteur à la retraite vient d’Alsace «ces terres où l’on veut installer le centre d’enfouissement ont déjà vécues les pires horreurs de la guerre de 14-18 et là, on leur fait subir le même sort pour des millénaires, c’est vraiment la pire des choses ».

Le jugement des deux paysans a été mis en délibéré au 21 mars prochain. Tous les militants seront encore là pour soutenir leurs copains.