Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux militants anti-corrida condamnés à des peines de prison avec sursis pour avoir envoyé des lettres piégées

mercredi 27 juin 2018 à 6:20 Par Camille Payan et Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Gascogne, France Bleu Hérault, France Bleu Occitanie, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Les deux militants anti-corrida jugés ce mardi par le tribunal correctionnel de Nîmes ont été condamnés à des peines de prison avec sursis pour avoir envoyé à des personnalités du monde taurin des lettres contenant des lames de rasoirs. À la barre, l'homme et la femme ont assumé leur geste.

Les militants anti-corrida ont voulu volontairement blesser avec les lettres piégées. (photo illustration)
Les militants anti-corrida ont voulu volontairement blesser avec les lettres piégées. (photo illustration) © Maxppp - maxppp

Gard, France

Ils disent l'avoir fait pour le symbole. Les lames de cutter glissées dans les enveloppes représentaient les banderilles qu'on plante dans le taureau. À la barre ce mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes, les deux militants anti-corrida ont assumé leur geste jusqu'au bout.

Ils avaient envoyé des lettres piégées à une dizaine de personnalités du monde taurin : André Viard , le président de l'observatoire des cultures taurines, Simon Casas, le directeur des arènes de Nîmes ou encore le torero Juan Baustista. Certains destinataires ont été légèrement blessés et le président l'a bien rappelé hier:  "Dans un pays de liberté, vous devez respecter les traditions car vous n'avez aucun droit de les empêcher."

Des peines de prison avec sursis

Pour le tribunal il ne s'agissait pas de militantisme mais d'actes de délinquance. Pour ces violences, l'homme de 44 ans originaire de l'Hérault a été condamné à 10 mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve. De son côté, la femme, une Tarn et Garonnaise de 47 ans  a été condamnée à trois mois avec sursis.

Au total, 35 lettres avaient été envoyées, mais les deux prévenus ce mardi n'ont reconnu en avoir posté que 10.