Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux militants d'ANV COP 21 devant le procureur à Avignon pour dégradations

-
Par , France Bleu Vaucluse

Deux militants d'ANV COP 21 ont recouvert de peinture blanche des panneaux publicitaires cet automne, dans l'intramuros d'Avignon. L'entreprise de panneaux avait porté plainte contre eux. Les deux activistes refusent de la dédommager. Ils comparaîtront devant la justice.

Bruce et Mathilde d'ANV COP21 et leur avocat devant le tribunal d'Avignon
Bruce et Mathilde d'ANV COP21 et leur avocat devant le tribunal d'Avignon © Radio France - Anaïs Martin-Cauvy

Les faits remontent à octobre dernier : plusieurs militants du collectif Action Non Violente COP 21 avaient peint des panneaux publicitaires pour dénoncer l'omniprésence de la publicité dans notre quotidien. Ils souhaitaient interpeller la mairie pour faire interdire cet affichage dans le centre-ville d'Avignon, mais le collectif a attiré l'attention du propriétaire de ces panneaux qui a porté plainte. 

Les faits sont qualifiés de dégradation lourde, une qualification que refusent les deux mis en cause et leur avocat. "On a utilisé de la peinture à base de craie et lavable à l'eau. Ce devrait donc être qualifié comme des dommages légers", assure Bruce, l'un des deux militants aujourd'hui devant le tribunal. 

Les deux militants auraient pu s'en sortir avec un simple rappel à la loi s'ils avaient accepté de payer les 5.400 euros réclamés par l'entreprise. Mais pas question de "céder à cette pratique d'intimidation", affirme Mathilde, l'autre militante devant la justice : "On nous demande une somme faramineuse pour rembourser des dégradations, mais cette somme n'est absolument pas justifiée."

En refusant cette offre, le dossier est désormais porté devant le tribunal correctionnel. Dans quelques semaines, Bruce et Mathilde devront s'expliquer devant le juge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess