Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux mois de prison avec sursis pour un opposant à l'usine SNEM de Montreuil

mardi 3 avril 2018 à 16:51 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Un parent d'élève a été condamné ce mardi, à Bobigny, à deux mois de prison avec sursis pour "rébellion" lors de son arrestation fin septembre dernier à Montreuil. Avec d'autres riverains, il bloquait l'entrée de l'usine SNEM, qu'ils accusent de polluer le quartier. Un autre habitant a été relaxé.

Manifestation de riverains devant l'usine SNEM, à Montreuil, le 27 septembre 2017
Manifestation de riverains devant l'usine SNEM, à Montreuil, le 27 septembre 2017 © Radio France - Rémi Brancato

Montreuil, France

Un habitant de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, a été condamné ce mardi à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny pour "rébellion". Ce parent d'élève de l'école, située à proximité de l'usine SNEM, avait été arrêté le 27 septembre dernier, alors qu'il bloquait avec d'autres riverains du quartier l'entrée de l'usine pour demander sa fermeture, et dénoncer la pollution qu'elle génère, selon eux, dans le quartier. Il a été en revanche relaxé du chef de "violence sur personne dépositaire de l'autorité publique" à l'encontre d'un policier.  Un autre parent d'élève, jugé lui aussi le 6 mars dernier pour des faits de violence sur un policier, a été, lui, totalement relaxé.

Au moment de l'audience, le procureur avait requis quatre mois de prison avec sursis à l'encontre du riverain condamné et une relaxe pour l'autre prévenu.

"A aucun moment je ne me rebelle"

"C'est un coup de massue" a réagi le riverain condamné, au micro de France Bleu Paris. "Les vidéos qu'on a produit au moment de l'audience montrent bien qu'à aucun moment je ne me rebelle" explique-t-il, s'estimant "innocent". "Je me fais interpeller par la police par une technique d'étranglement à laquelle je ne réagis pas du tout" ajoute-t-il.

"Je suis tellement sur de mon innocence, qu'être condamné, je trouve cela aberrant" dit le riverain

Le père de famille est aussi condamné à verser 500 euros au policier qui s'est constitué partie civile au titre de son "préjudice moral" ainsi que 400 euros pour les frais de justice. A la sortie de l'audience, il a indiqué vouloir s'entretenir avec son avocate, avant d'envisager un éventuel appel de la décision.