Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux morts dans un silo : procès du groupe Cristal Union à Reims

jeudi 10 janvier 2019 à 17:39 - Mis à jour le vendredi 11 janvier 2019 à 9:00 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Le groupe sucrier Cristal Union est jugé ce vendredi 11 janvier devant le tribunal correctionnel de Reims, pour un accident dans un silo le 13 mars 2012. Deux cordistes sont morts et un autre a été blessé dans l'usine marnaise de Bazancourt.

L'accident s'est produit dans le silo principal du site sucrier de Bazancourt dans la Marne.
L'accident s'est produit dans le silo principal du site sucrier de Bazancourt dans la Marne. © AFP - François Nascimbeni

Bazancourt, France

"On était quatre, on est remontés à deux ce jour-là", dit Frédéric Soulier dans un souffle. C'est l'un des survivants de l'accident survenu le 13 mars 2012 dans le silo 1 du site de production de Cristal Union à Bazancourt dans la Marne. Une équipe de quatre personnes intervenait dans ce silo haut de 54 mètres, pour des travaux de nettoyage. Deux cordistes sont morts, ensevelis par des tonnes de sucre, et un autre ouvrier a été blessé. 

Deux sociétés accusées de manquements multiples, à la sécurité et à la formation 

Près de 7 ans après les faits, le grand groupe sucrier Cristal Union est jugé ce vendredi 11 janvier à Reims, pour homicide involontaire par la violation d'une obligation manifestement délibérée de sécurité ou de prudence dans le cadre du travail, et pour blessures involontaires. A ses côtés, le prestataire de service Carrard Services qui employait les cordistes, à qui la justice reproche également plusieurs manquements à la sécurité et à la formation. 

Les cordistes envoyés dans le silo du site sucrier de Bazancourt avaient-ils une formation suffisante pour intervenir dans ce milieu à risques ? c'est loin d'être sûr si l'on en croit Frédéric Soulier, qui n'était jamais intervenu dans un "silo aussi haut et aussi grand" que le silo principal du site de Cristal Union. Pourquoi deux trappes d'évacuation du sucre sont-elles restées ouvertes ? Enfin, l'organisation des secours en cas de problème était-elle suffisante ? Ce sont certaines des questions auxquels les dirigeants des deux entreprises vont devoir répondre. 

Dix-huit personnes parties civiles 

"La vérité": c'est ce qu'espère Frédéric Soulier lors de ce procès très attendu notamment par les familles des victimes. Les deux cordistes retrouvés morts étaient âgés de 23 et 33 ans au moment du drame, le 13 mars 2012. Au total, 18 personnes se sont portées parties civiles dans cette affaire, ainsi que le Syndicat français des entrepreneurs de travaux en hauteur (SFETH). L'audience est prévue à partir de 9 h ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Reims.