Faits divers – Justice

Deux morts par balles à Marseille : "du grand banditisme traditionnel marseillais" selon le préfet de police

Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu mardi 6 septembre 2016 à 16:50

Le scellé sur la porte de l'établissement proche de la place de Lenche, à Marseille
Le scellé sur la porte de l'établissement proche de la place de Lenche, à Marseille © Radio France - Tony Selliez

Marseille connaît depuis début août une recrudescence des morts par armes à feu. Ce lundi soir, deux hommes ont été abattus dans le quartier du Panier. Il s'agirait cette fois de grand banditisme "traditionnel marseillais" et pas d'un règlement de comptes lié au trafic de stupéfiants.

Le bilan donne le vertige : dix morts par arme à feu dans la région marseillaise depuis le 7 août dernier.  Une série particulièrement violente. Le dernier règlement de compte date de ce lundi soir, à quelques mètres de la Place de Lenche, dans le quartier du Panier

Deux hommes abattus au 9 millimètres

Parmi les victimes : Patrick Esposito, 41 ans, bien connu de la police. Une figure du Panier. Il venait de sortir de prison. L'autre victime est un homme de 59 ans, propriétaire de l'établissement, un petit bar associatif.

"J'ai entendu quatre détonations ; ça m'a fait sauter de mon siège. J'ai vu des gens à terre, une femme qui s'est couchée par peur". Franck, un voisin

La devanture de l'établissement - Radio France
La devanture de l'établissement © Radio France - Tony Selliez

Selon le Préfet de Police, cette affaire n'aurait cette fois rien à voir avec un règlement de compte classique sur fond de trafic de drogue. Laurent Nunez évoque plutôt un règlement de compte "à l'ancienne".

"On n'en a plus énormément. Ce qui le différencie, ce n'est pas le mode opératoire. Il y a bien la préméditation mais le mobile n'est pas le trafic de stupéfiants. Le mobile semble plutôt lié au grand banditisme marseillais : des individus qui évoluent plutôt dans le milieu du racket, des machines à sous, de l'extorsion, éventuellement les stupéfiants également mais on n'est pas sur des équipes des cités de Marseille". Laurent Nunez, préfet de Police

Laurent Nunez, Préfet de Police de Marseille

Le Quartier du Panier cultive plutôt la loi de l'omerta après ce double homicide. Mais les rares habitants qui acceptent de parler évoquent plutôt de la lassitude, voire de la fatalité.

Reportage au Panier, à Marseille, après le double règlement de compte ce lundi

Une bougie et des fleurs déposées devant la porte de l'établissement où a eu lieu la fusillade, à Marseille dans le Panier - Radio France
Une bougie et des fleurs déposées devant la porte de l'établissement où a eu lieu la fusillade, à Marseille dans le Panier © Radio France - Tony Selliez

Au total, 24 victimes de règlements de compte cette année dans les Bouches-du-Rhône . Contre 13 à la même époque l'an dernier.

Partager sur :