Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Deux participants à la manifestation de Quimper jugés en comparution immédiate

mardi 12 mars 2019 à 19:41 Par Benjamin Bourgine et Léo Rozé, France Bleu Breizh Izel

Deux des participants à la manifestation violente de samedi à Quimper étaient jugés dès ce mardi après-midi par le tribunal de Quimper. Ils répondaient de violences, outrages, et jets de projectiles en direction des forces de l'ordre. L'un d'entre eux écope de 4 mois de prison ferme.

La salle Mathurin Méheut du tribunal de grande instance de Quimper, dédiée aux comparutions immédiates
La salle Mathurin Méheut du tribunal de grande instance de Quimper, dédiée aux comparutions immédiates © Radio France - Simon Cardona

Quimper, France

Deux hommes comparaissaient devant le tribunal de Quimper ce mardi. Le premier, âgé de 40 ans, a été condamné à 4 mois de prison ferme. Le parquet demandait 6 mois. La justice lui reproche d'avoir commis des violences, jeté des projectiles, et répété les outrages en direction des forces de l'ordre lors de la manifestation de samedi dernier.

Cet auto-entrepreneur dans la peinture avait déjà un casier judiciaire bien rempli : 13 condamnations, dont une de 4 ans de prison pour vol en réunion. Ce n'est pas un habitué des manifestations des Gilets jaunes, même s'il en avait un sur lui samedi. Il assure qu'il allait juste "boire un coup avec des copains". Il en a bu plus d'un finalement : 1 gramme 7 d'alcool dans le sang au moment de son interpellation. 

L'homme aux cheveux courts reconnait avoir lancé "un ou deux projectiles sur les forces de l'ordre", une grenade lacrymogène qui serait tombée à ses pieds. Les policiers affirment, eux, qu'il en a lancé beaucoup plus que ça, les a insulté et leur a fait des doigts d'honneur. Son avocate pointe le manque de preuves et certaines contradictions dans le dossier. Le parquet insiste : "ce n'est pas lui qui a blessé les 6 policiers. Mais il a participé à un mouvement qui a blessé des policiers. Ce sont des faits graves." Il écope finalement de 4 mois de prison ferme.  

Un prévenu de 18 ans seulement

Le deuxième prévenu jugé mardi est beaucoup plus jeune, 18 ans seulement. Et il a déjà un parcours de vie très accidenté. Le jeune homme, frêle, tout penaud dans le box des prévenus, parle à voix basse. Il a vécu une enfance difficile, a subi des violences maternelles. Il a quitté la maison de ses parents il y a environ 3 mois. Et depuis, il vit à la rue, prend assez souvent de la drogue.  

Quand ça a chauffé, je me suis pris au jeu" Prévenu de 18 ans

Il reconnaît tous les faits qui lui sont reprochés. Les projectiles en tout genre lancés sur les forces de l'ordre. Les pierres retrouvées dans son sac à dos lors de son interpellation, qu'il était allé prendre sur un chantier dans le centre de Quimper. "J'étais venu pour prendre un café, offert au début de la manifestation. Et quand ça a chauffé, je me suis pris au jeu" lance-t-il, maladroitement.  

Le jeune homme écope de 2 ans de contraintes pénales. Il doit suivre des soins, et faire des démarches pour trouver un logement et un travail. S'il ne suit pas ces obligations, il ira 3 mois en prison. Comme l'homme de 40 ans jugé avant lui, il est interdit de manifestation en Bretagne pendant 3 ans.