Faits divers – Justice

Deux policiers blessés lors d'un contrôle routier entre Marseille et Martigues

Par Fanette Hourt, David Aussillou et Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu mardi 11 octobre 2016 à 10:21

Deux CRS blessés lors d'un contrôle routier (photo d'illustration)
Deux CRS blessés lors d'un contrôle routier (photo d'illustration) © Maxppp -

Deux CRS de la brigade autoroutière ont été blessés dans la nuit de lundi à mardi lors d'un contrôle routier sur l'autoroute A55 entre Marseille et Martigues. Le député maire de Chateaurenard réclame une nouvelle loi sur la légitime défense des forces de l'ordre.

Deux policiers ont été blessés vers 1h du matin mardi sur l'A55 entre Marseille et Martigues lors d'un contrôle routier. Des CRS ont constaté qu'une voiture avait des problèmes d'éclairage. Ils lui ont fait signe de s'arrêter et de stationner sur l'aire de repos de Rebuty.

Un policier traîné sur plusieurs mètres

Lors du contrôle, ils découvrent que le conducteur avait des pochons de cocaïne sur lui. La passagère prise de panique cherche alors à s'enfuir. Au même moment, le conducteur fait marche arrière et renverse un CRS qui est traîné sur 5 mètres. Son collègue entre dans la voiture et parvient à l'immobiliser.

Parmi les suspects, un évadé de prison

Les trois personnes qui se trouvaient dans le véhicule ont été arrêtées. L'une d'elles est un évadé de prison. Le CRS blessé a plusieurs jours d'arrêt de travail.

Bernard Reynés :" il faut que les forces de l'ordre aient le droit de riposter".

Sur France Bleu Provence ce mercredi matin, le député maire les Républicains de Chateaurenard a estimé qu'il fallait renforcer encore l'autorité de la police. "Y'a aucun respect, aucune crainte de l'arsenal pénal que nous avons. Il est temps que nous nous mettions au travail pour avoir des lois beaucoup plus sévères et enfin appliquées." Apres l'attaque au cocktail molotov dont des policiers de l'Essonne ont été victimes le week-end dernier, le 1er ministre a annoncé des mesures pour protéger les véhicules de police dans les zones sensibles. Un dispositif insuffisant selon Bernard Reynés : "On soigne les conséquences, mais on ne va pas sur la cause. Il faut absolument que les forces de l'ordre aient le droit de riposter. S'ils tirent une cartouche, il leur faut faire 83 tonnes de papiers dans leur commissariat ou dans leur gendarmerie. Et si jamais ils blessent quelqu'un, ils se retrouvent devant un juge."

Bernard Reynés, le député maire LR de Chateaurenard - Maxppp
Bernard Reynés, le député maire LR de Chateaurenard © Maxppp - Vincent Isore/IP3

Partager sur :