Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux poulains tués par balles chez un éleveur de chevaux du Blanc, dans l'Indre

lundi 30 avril 2018 à 17:26 Par Adèle Bossard, France Bleu Berry et France Bleu

Il y a une semaine, un éleveur de chevaux du Blanc, dans l'Indre, a découvert deux de ses poulains atteints de plusieurs balles dans le cou, sur sa propriété. Une enquête est ouverte.

Dans l'élevage de chevaux et de poulains de Jérôme Seiller au Blanc.
Dans l'élevage de chevaux et de poulains de Jérôme Seiller au Blanc. - DR

Le Blanc, France

L'effroi d'un éleveur de chevaux du Blanc, dans l'Indre. Il y a une semaine, à 24 heures d'intervalles, Jérôme Seiller retrouve deux de ses poulains gisants sur sa propriété. Ce vétérinaire est aussi éleveur de poneys et de chevaux, notamment de chevaux de haut niveau, reconnu dans toute l'Europe. Il compte plus de 200 bêtes dont des dizaines de poulains.

Le dimanche 22 avril au soir, il lâche les bêtes en prairie pour la nuit. C'est le lendemain matin, à 400 mètres de sa maison, qu'il découvre le premier poulain attaqué : "J'en ai retrouvé un qui n'était pas encore mort, avec des lésions au niveau du cou, mais je n'ai pas pensé tout de suite à des tirs par balles, raconte Jérôme Seiller. Le mardi matin, il y en avait un autre mort, avec les lésions identiques, toujours au niveau du cou".

Des poulains déjà attaqués ces dernières années

La gendarmerie est appelée sur place et, au départ, le loup est soupçonné. L'Office National de la Faune et de la Chasse (ONCFS) applique alors son "protocole loup" et procède à l'autopsie. Le résultat est formel : les poulains ont été tués par balle. "Trois tirs dans le cou chacun, explique Jérôme Seiller. Et apparemment c'est _une arme de précision pour le tir qui n'est pas un gros calibre en diamètre, donc c'est vraiment pour faire mal_. L'animal meurt, mais pas sur le coup".

"Il faut quelqu'un qui m'en veuille et qui, en plus, ait le cran de tuer des poulains !"              
- Jérôme Seiller

D'autant que ce n'est pas la première fois que ses poulains sont visés. Il y a plus d'une dizaine d'années, quatre bêtes avaient été empoisonnées. Plus récemment, plusieurs autres avaient été égorgées, avec l'oreille "coupée net au couteau". Mais depuis deux ans, plus rien, jusqu'à la semaine dernière. "Il faut quelqu'un qui m'en veuille à moi et en plus, il faut quelqu'un qui ait le cran de tuer des poulains. _Tout le monde, même quelqu'un qui m'en voudrait, n'a pas le cran de tuer des poulains !_"

L'éleveur a posté un message sur les réseaux sociaux : "J'ai eu ensuite des milliers d'ajouts, de messages, de demandes d'amis". Jérôme Seiller a porté plainte, l'enquête de la gendarmerie du Blanc est toujours en cours.