Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux réseaux chinois de prostitution devant le tribunal judiciaire de Nancy

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Six ressortissants chinois seront jugés devant le tribunal judiciaire de Nancy du 7 au 9 décembre 2020. Ils comparaîtront pour avoir organisé deux réseaux de prostitution entre la France et la Chine en 2018 et 2019. Le procès prévu ce mercredi 14 octobre a été renvoyé.

La cité judiciaire de Nancy a été coinstruite dans les années 80
La cité judiciaire de Nancy a été coinstruite dans les années 80 © Radio France - Mohand Chibani

Des filières de proxénétisme chinois se retrouveront devant le tribunal judiciaire de Nancy du 7 au 9 décembre 2020. Le procès prévu ce mercredi 14 octobre a été renvoyé. Un procès, fruit d'une enquête pilotée par la juridiction interrégionale spécialisée de Nancy. Des faits qui se seraient déroulés sur 2018 et 2019 un peu partout en France. Six personnes seront jugées notamment pour proxénétisme aggravé ou complicité.

Rendez-vous dans des appartements

Les réseaux étaient très organisés : les dirigeants recrutaient les prostituées via des messageries cryptées en ligne, des femmes chinoises qui entraient en Europe grâce à des visas touristiques mais restaient ensuite sur le territoire. Les faits se déroulaient dans des appartements loués dans plusieurs villes de France : Nancy, Metz mais aussi Brive, Paris, Marseille ou encore Montpellier. Les têtes du réseaux étaient elles chargées de gérer les rendez-vous , de répondre aux appels téléphoniques et aux SMS.

Les prostituées étaient régulièrement déplacées d'une ville à une autre. Pas évident à suivre pour les enquêteurs. En revanche, les lieux de prostitution restaient les mêmes et ce sont parfois des voisins, gênés par les nuisances qui donnaient l'alerte. Dans les deux cas, ces réseaux chinois de prostitution ont été démantelés après moins d'un an d'activité sur le territoire. Les prévenus risquent jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess