Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux-Sèvres : grève d'une partie des salariés d'Heuliez Bus

mardi 26 septembre 2017 à 13:04 Par Fanny Bouvard, France Bleu Poitou

Près de 200 salariés d'Heuliez Bus, le fabricant de bus de Rorthais, dans les Deux-Sèvres, étaient en grève mardi matin, selon les syndicats. Ils demandent une meilleure répartition du temps de travail, car ils craignent du chômage partiel à la fin de l'année.

Des salariés d'Heuliez Bus, en grève ce mardi matin à Rorthais (79).
Des salariés d'Heuliez Bus, en grève ce mardi matin à Rorthais (79). - Guillaume Guittet, FO

A Rorthais, dans les Deux-Sèvres, près de la moitié des 430 salariés de l'usine Heuliez Bus étaient en grève ce mardi matin, selon les représentants syndicaux. En ce moment la production se porte très bien et plus d'une centaine d'intérimaires ont été recrutés. Mais les employés redoutent un chômage partiel à la fin de l'année quand il y aura moins de commandes. "C'est ce que nous a laissé entendre la direction, affirme Guillaume Guittet, représentant FO chez Heuliez. Pour nous ça veut dire : diminution des salaires. On a déjà connu ça au début de l'année et en décembre 2016, pas question que ça recommence."

Des représentants du personnel ont été reçus en fin de matinée par la direction. "Mais ils ne veulent rien entendre", assure le syndicaliste. De nouvelles actions et de nouvelles journées de grève pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines. "Puisqu'ils ne régulent pas la production, on va la ralentir nous-mêmes !" explique Guillaume Guittet.