Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux-Sèvres : le pensionnaire d'un EHPAD tue une autre résidente à coups de canne

mercredi 3 janvier 2018 à 12:32 Par Clémence Dubois-Texereau et Baudouin Calenge, France Bleu Poitou et France Bleu

Peu après minuit ce mercredi 3 janvier 2018, un résident pris d'un coup de démence a frappé à coup de canne ses deux voisines de chambres dans la maison de retraite des Chanterelles de Celles-sur-Belle, dans les Deux-Sèvres. L'une de ses victimes, âgée de 85 ans, n'a pas survécu.

Le drame s'est produit peu après minuit ce mercredi 3 janvier 2018.
Le drame s'est produit peu après minuit ce mercredi 3 janvier 2018. © Maxppp - Sebastien JARRY

Celles-sur-Belle, France

Le drame dans un EHPAD de Celles-sur-Belle dans les Deux-Sèvres. Une femme de 85 ans a été tuée à coup de cannes par un résident de la maison de retraite des Chanterelles. Cet homme âgé de 91 ans a aussi blessé une autre résidente : une femme de 86 ans. Elle a été hospitalisée à Niort. "Ce résident a eu un moment de démence", selon le directeur de l'établissement pour personnes âgées Jean-Luc Barbier. 

Les autres résidents n'ont rien entendu

Dans la nuit, aucun des 90 autres pensionnaires n'a été réveillé affirme le directeur. Jean-Luc Barbier précise qu'il n'y avait pas de problème de personnel. Cinq personnes étaient présentes cette nuit-là : une aide soignante, deux agents sociaux, une infirmière d'astreinte et un directeur d'astreinte. Et il salue le professionnalisme de ses salariés. 

"C'est un accident"

La gendarmerie de Niort s'est rendue sur place. L'auteur présumé des coups a été transporté aux urgences pour des examens psychiatriques. Pour le directeur, il s'agit d'un accident et il attend désormais la lumière sur ce drame : "on attend que l'enquête fasse son travail." Le directeur a eu au téléphone la famille des victimes mais aussi celle de l'auteur présumé : "vous imaginez dans quel état elle peut être", a-t-il confié.