Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Deux-Sèvres : une femme de 49 ans est morte d’une intoxication après avoir mangé des champignons vénéneux

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu, France Bleu Touraine

Une femme de 49 ans est morte après avoir mangé des champignons vénéneux. Deux autres personnes, son mari et sa belle-sœur, sont hospitalisées à Tours dans un état grave.

Une personne meurt après avoir mangé des champignons vénéneux cueillis en forêt. Illustration
Une personne meurt après avoir mangé des champignons vénéneux cueillis en forêt. Illustration © Radio France - Catherine Grain

La Chapelle-Saint-Laurent, France

Une femme de 49 ans, habitante de La Chapelle-Saint-Laurent, entre Bressuire et Parthenay, est morte et deux autres personnes ont été hospitalisées dans un état grave après avoir mangé des champignons vénéneux, vraisemblablement des amanites phalloïdes, a appris France Bleu Poitou auprès de la gendarmerie.

Ils ont tous les trois cueilli et ingurgité les champignons mardi 29 octobre, après quoi ils ont été pris de vomissements, sans s’inquiéter pour autant. Ce n’est que trois jours plus tard, le vendredi 1er novembre, que la victime est décédée. Son mari l’a retrouvée, allongée, sans vie, sur le sol de leur salle de bain, le matin. Il a immédiatement alerté les pompiers qui ont constaté son décès une fois sur place. Les deux autres membres de la famille ayant mangé les champignons ont été transportés à Faye-L'abbesse, dans les Deux-Sèvres, puis au Centre anti-poison du CHU de Tours. Selon nos informations, leur pronostic vital est engagé.

Une enquête est ouverte pour déterminer les causes de la mort. Le corps sera autopsié lundi 4 novembre à Poitiers afin de confirmer que la mort est bien liée à l’ingestion des champignons. 

Des champignons vénéneux qui peuvent être assimilés à des cèpes

La gendarmerie appelle à la vigilance. Même si les amanites phalloïdes sont assez caractéristiques avec leur couleur verdâtre, des lames et un pied blancs, ces champignons vénéneux peuvent, à peine sortis de terre, être assimilés à des cèpes.

Dans le moindre doute, l'ARS appelle "à ne pas consommer" un champignon avant de le faire "contrôler par un spécialiste", pharmaciens ou société de mycologie. L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait publié une mise en garde la semaine dernière, après une "forte augmentation" des intoxications aux champignons : 493 cas (dont un grave) signalés en deux semaines en octobre aux centres antipoison, contre un total variant entre 4 et 90 cas par semaine pour les trois mois précédents. Les symptômes, rappellent ARS et ANSES, apparaissent généralement dans les 12 heures suivant la consommation, et "l'état de la personne intoxiquée peut s'aggraver rapidement". 

En cas de doute sur un champignon que vous auriez mangé, il existe également un numéro d'urgence relié au centre antipoison de la région : 05.56.96.40.80.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu