Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Deux sœurs jumelles de 57 ans devant les assises de la Loire depuis mercredi

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les deux sœurs comparaissent pour l'assassinat de leur père, âgé de 91 ans à l'époque.

Le palis de justice de Saint-Étienne
Le palis de justice de Saint-Étienne © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

Les faits s'étaient déroulés le 1er juin 2016  dans le quartier de Montplaisir à Saint-Étienne. Cette première journée d'audience aura permis de revenir sur les faits et d'esquisser la personnalité des deux accusées. La culpabilité des deux sœurs ne fait aucun doute, elles assument l’une et l’autre leur rôle dans l’assassinat de leur père. 

Dominique expliquant que c’est elle qui a porté les coups mortels. Sa sœur Pascale assistant à la scène, mais sans intervenir. Elles admettent également avoir échangé des SMS la veille en évoquant leur intention de mettre fin aux jours de leur père, expliquant l'une et l’autre leur volonté de faire cesser ses souffrances. 

Dix impacts, au moins sept fractures et 25 hématomes sur le corps de la victime

Mais se pose évidemment la question de savoir de quoi il pouvait bien souffrir. Les experts médicaux ont été clairs mercredi : un cancer de la prostate, mais aussi sans doute une neuro-dégénérescence qui conduit au déclin inéluctable des capacités intellectuelles. Dominique d’ailleurs, au sujet du meurtre, va plutôt parler d'euthanasie que d'assassinat. 

Les deux sœurs expliquent l’une et l’autre avoir voulu mettre fin à ses souffrances, mais fallait-il pour cela utiliser la méthode violente ? Le médecin légiste a relevé dix impacts majeurs, 7 ou 8 fractures et 25 hématomes sur le cadavre. Les jurés qui seront chargés en fin de semaine de prononcer un verdict ont découvert avec surprise le parcours extraordinaire des deux sœurs jumelles.

La personnalité de Dominique a fait l'objet de toutes les attentions. C'est elle qui avoue avoir porté les coups mortels qui ont tué Roger, son père de 91 ans. Et l'on découvre avec étonnement le parcours de cette femme, dans sa jeunesse, toxicomane, prostituée, ayant fait de la prison, mais la deuxième surprise vient de sa sœur jumelle Pascale qui a suivi la même descente  aux enfers sous l'influence de sa sœur comme elle l'explique à la barre. 

"Elle est donc votre mauvais génie", s'exclame Maitre Buffard, l’avocat de la petite fille de la victime. Les deux femmes, le regard éperdu, racontent leur vie, mauvaise mère, mauvaises filles, et pour Dominique, celle qui a porté les coups, une admiration quasi œdipienne pour son père. 

L'autre sœur, Pascale, parle d'un père violent, mais elle explique qu'elle ne lui en veut pas, compte tenu de ce qu'elle lui à fait.

"J'ai des remords, j'ai toujours aimé mon père"

Dans les circonstances aggravantes qui apparaissent au fil des auditions, on découvre les mensonges de leurs premières déclarations, la mise en scène d'un faux cambriolage et un transfert d'argent caché de l'assurance vie du père quelques mois avant sa mort qu'elles font passer pour une donation de son vivant. La cour d'assises de la Loire devrait rendre son verdict en fin de semaine.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu