Faits divers – Justice

Deux stands de fruits incendiés le long de la Nationale 7 en Drôme

Par David Meilhac, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 30 juillet 2014 à 17:14

Le stand de fruits de Loriol en Drôme a été incendié deux jours après son ouverture le long de la N7.
Le stand de fruits de Loriol en Drôme a été incendié deux jours après son ouverture le long de la N7. © Radio France - David Meilhac

Mauvaise plaisanterie? Coïncidence? Ou vengeance? Deux stands de fruits installés en Drôme, le long de la Nationale 7, ont brûlé à deux semaines d'intervalle. Les gendarmes ne négligent aucune piste.

Deux stands de fruits ont été incendiés, en deux semaines seulement, sur la Nationale 7 en Drôme. Le premier a brûlé il y a deux semaines à Loriol, le second mardi soir à Cliousclat. A la gendarmerie, on s'interroge forcément sur un lien possible entre les deux affaires. Mais ce lien n'est pas facile à définir.

Au moins un des incendies est volontaire

A peine 10 km séparent les deux stands de fruits. Le premier incendie s'est déroulé à Loriol, sur la bretelle d'accès à l'autoroute A7. Celui-ci est volontaire, c'est une certitude: le cabanon d'un producteur local a brûlé il y a quinze jours, de l'intérieur. Aucune installation électrique n'a pu déclencher un court-circuit. Le propriétaire vend ses propres fruits, produits en agriculture biologique, depuis des années. D'ailleurs, son commerce continue, même sans son stand en bois.

Pas d'énorme perte

Le second incendie a pris à Cliousclat, juste au bord de la Nationale 7, mardi soir.

Le stand de fruits de Cliousclat, dévoré par les flammes, le long de la Nationale 7 dans la Drôme.  - Radio France
Le stand de fruits de Cliousclat, dévoré par les flammes, le long de la Nationale 7 dans la Drôme. © Radio France - David Meilhac

Ce stand est partagé par trois partenaires, l'un est russe, il assure revendre des fruits drômois, achetés à des producteurs locaux. Dans les flammes, il a perdu une centaine de kilos d'ail, 80 cagettes de nectarines, et quelques planches de bois. Pas d'énormes pertes, donc.

Alors quelle sont les motivations du ou des incendiaires? Est-ce une mise en garde ? Une mauvaise plaisanterie ? Une vengeance ? Les gendarmes ne négligent aucune piste. On le sait, les tensions sont fortes depuis le début de l'été entre producteurs locaux et importateurs de fruits espagnols. Mais il est bien trop tôt pour conclure quoi que ce soit.