Faits divers – Justice

Deux Stéphanois agressés avant le match ASSE-OM : les suspects toujours recherchés

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 18 février 2014 à 18:14

Deux Stéphanois agressés avant le match ASSE-OM : les suspects toujours recherchés

Le procureur de la république de Saint-Etienne Jean-Daniel Regnault et la directrice départementale de la sécurité publique de la Loire Noëlle Deraime reviennent sur les violences qui ont éclaté en marge du match ASSE-OM de dimanche. Deux Stéphanois ont été roués de coups par dix supporters marseillais. Les suspects sont toujours recherchés mais l'enquête progresse rapidement.

Il ne faut pas se tromper de problème. C'est le message en substance du Procureur de la République de Saint-Etienne Jean-Daniel Regnault et de la directrice departementale de la sécurité publique de la Loire Noëlle Deraime. Ils reviennent sur les violences qui ont éclaté en marge du match ASSE-OM de dimanche. Deux Stéphanois ont été roués de coups par dix supporters marseillais. Et veulent mettrent un terme à la polémique sur les erreurs lors des interpellations. Dans un premier temps, 17 personnes ont été placées, par erreur, en garde à vue. A cause d'un problème technique : la caméra a du passer du mode thermique au mode zoom pour filmer la plaque d'immatriculation. Pendant quelques secondes le film a été coupé. Ce qui explique l'erreur.

"On ne peut pas considérer que se faire taper comme ça peut passer par perte et profit"

Mais le vrai problème n'est pas là pour le Procureur de la République et la DDSP qui insistent sur la gravité des faits. Selon eux, sans l'intervention des policiers dimanche, l'agression aurait pu être beaucoup plus grave. Jean-Daniel Regnault appelle d'ailleurs le président des Dodgers (leprésident du club de supporters de l'OM interpellé par erreur) a les aider à identifier les véritables coupables.

Supporters marseillais BOB Proc

Autre question qui se pose désormais : ce match était classé à risques, comme à chaque venue de l'OM à Geoffroy Guichard.

"L'intervention des fonctionnaires a permis sans nul doute que les deux jeunes ne soient beaucoup plus molestés"

400 membres des forces de l'ordre étaient mobilisés, ainsi qu'un hélicoptère. Un dispositif impressionnant. Mais qui n'a pas permis d'éviter cette agression. Mais le risque zéro n'existe pas selon Noëlle Deraime, la DDSP.

Supporters marseillais BOB DDSP

La justice espère que les deux victimes stéphanoises vont porter plainte. Mais en attendant, c'est le Parquet qui se saisit. Les suspects peuvent être poursuivis pour violences en réunion avec armes.

Partager sur :