Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux détenus se suicident à la maison d'arrêt de Pau

mercredi 28 novembre 2018 à 10:11 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

Ce mardi après-midi, un détenu de 29 ans s'est pendu dans sa cellule. C'est le deuxième cas de suicide en seulement huit jours à la maison d'arrêt de Pau. On déplore également deux autres tentatives.

La maison d'arrêt de Pau
La maison d'arrêt de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

La maison d’arrêt de Pau fait face depuis quelques jours à une vague de suicides. Deux détenus ont trouvé la mort en huit jours et deux autres ont tenté de mettre fin à leurs jours. Ce mardi après-midi, un détenu a été retrouvé mort dans sa cellule. Un oloronais de 29 ans qui était en train de purger une peine. L'autre cas de suicide remonte au lundi 19 novembre.

Par pendaisons

Ce sont deux suicides par pendaison. Les deux hommes sont passés à l'acte pendant qu'ils étaient seuls dans leurs cellules. Pour le cas le plus récent, l'homme a mis fin à ses jours pendant que son codétenu était en promenade. Cet habitué des audiences de comparution immédiate pour des délits routiers et des faits de rébellion et outrage était en train de purger une courte peine. Il avait aussi des problèmes d'alcool, mais aucune fragilité qui aurait pu alerter l'institution pénitentiaire sur un risque suicidaire. En revanche, le détenu qui a mis fin a ses jours le 19 novembre était plus fragile. Il avait 52 ans. Lui aussi était en cours d’exécution de peine pour des violences. Les secours sont intervenus très vite, il a été hospitalisé pendant plusieurs jours avant de mourir.

Évaluer le "risque suicidaire"

Dans les différentes procédures d'incarcération, le risque suicidaire est toujours pris en compte. Chaque gardé à vue fait l'objet d'un examen médical, et dans toutes les fiches détenus, les risques suicidaires sont toujours évalués. On ne sait pas ce qui avait été coché les fiches des deux détenus qui ont mis fins à leurs jours ces huit derniers jours à la maison d'arrêt de Pau.