Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux surveillants de la maison d'arrêt de Pau poursuivis pour des violences sur détenus

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

Deux surveillants, dont un gradé, ont été convoqués ce jeudi par le parquet de Pau, pour être jugés au printemps, pour des violences volontaires sur deux détenus.

La maison d'arrêt de Pau
La maison d'arrêt de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Deux surveillants de la maison d'arrêt de Pau sont poursuivis par la justice pour des violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique. Les deux victimes sont deux détenus. Ce jeudi le parquet de Pau leur a signifié leurs convocations pour un procès le 8 juin prochain. Ils sont soupçonnés d'avoir donné des coups ce début d'année à deux détenus. 

Des faits "intolérables" pour le parquet

Pendant deux semaines la police a enquêté dans la maison d'arrêt. Elle a entendu les détenus et les surveillants. Il s'agit de deux faits distincts : un surveillant sur un premier détenu et un autre sur un second. Les deux épisodes ne sont pas liés explique la procureure de Pau, Cécile Gensac. Mais les deux affaires se sont passées dans le même contexte : le 12 janvier, une bagarre a éclaté entre quelques détenus dans la cour de promenade. Les surveillants sont intervenus, et tout le monde a été reconduit dans la cellule. Ces violences sont survenues au moment de leur faire réintégrer leurs cellules respectives. Personne n'a été passé à tabac. On parle de gifles surtout, et aucun des deux détenus n'a été blessé physiquement. Il n'y a pas de jour d'ITT. Mais le parquet se veut intransigeant pour des faits qu'il qualifie d'intolérables. Ce sont deux gardiens expérimentés. L'un des deux a même le grade de premier surveillant, et il a plus de trente ans de carrière. Les deux surveillants seront jugés le 8 juin prochain. Ils sont placés sous contrôle judiciaire avec interdiction de travailler. Les deux surveillants ont également obligation de suivre des soins psychologiques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess