Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Deuxième samedi de casse à Saint-Étienne : la réponse du préfet au maire

dimanche 9 décembre 2018 à 20:40 Par Victor Vasseur, France Bleu Saint-Étienne Loire

Est ce qu'il y avait assez de policiers et de CRS samedi, lors de la manifestation des Gilets jaunes qui a dégénéré, à Saint-Étienne, dans la Loire. La préfet assure que oui. Le maire Gaël Perdriaux pointe du doigt la "responsabilité de l'État".

Evence Richard, le Préfet de la Loire , ce vendredi, avant la mobilisation des Gilets jaunes
Evence Richard, le Préfet de la Loire , ce vendredi, avant la mobilisation des Gilets jaunes © Radio France - Véronique Narboux

Saint-Étienne, France

"270 gendarmes et policiers étaient mobilisés samedi sur Saint-Etienne". Le préfet de la Loire Evence Richard a tenu à répondre aux accusations du maire Gaël Perdriau. Selon lui : "les effectifs de CRS ont été déployés sur Paris et sur Lyon. Je déplore cette attitude parce que gouvernement comme le ministre de l'Intérieur ont fait le choix de protéger d'abord Paris et d'autres grandes villes comme Lyon."

Ce dimanche matin, Evence Richard a souhaité "mettre un terme aux polémiques sur les effectifs". Le préfet l'affirme : "La semaine dernière, il y avait nettement moins de forces de l'ordre mobilisées." La préfecture précise aussi que les violences commises samedi étaient "gratuite, complètement déconnectée de la situation sociale" et "fruit de jeunes et de très jeunes".

Au total, au moins sept boutiques ont été pillées, notamment celles de Free, Orange et une bijouterie.

427 grenades lacrymogènes utilisées

Lors des affrontements entre des manifestants et les force de l'ordre samedi après-midi, 427 grenades lacrymogènes et 17 grenades de désencerclement ont été utilisés. Un hélicoptère a même du voyager pour réapprovisionner en munitions les CRS.

Ce dimanche soir, encore quatre casseurs étaient en garde à vue, dont deux mineurs. Au total, la police a interpellé, samedi à Saint-Etienne, 50 personnes.