Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deuxième suicide en quelques jours au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Un détenu âgé d'environ 25 ans a mis fin à ses jours dans la nuit de samedi à dimanche au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville. Il avait été incarcéré fin avril, soupçonné de tentative d'homicide sur un gendarme. C'est le deuxième suicide en moins d'une semaine dans cette prison.

Un deuxième détenu s'est suicidé au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville cette semaine.
Un deuxième détenu s'est suicidé au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville cette semaine. © Maxppp - Maxppp

Nancy, France

Un détenu a mis fin à ses jours dans la nuit de samedi à dimanche au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville. L'homme, un ressortissant allemand âgé d'environ 25 ans, avait été incarcéré fin avril, soupçonné de tentative d’homicide sur un gendarme. 

Le dimanche 21 avril, le jeune homme s'était retranché armé d'un couteau sur le toit d'un ancien hôtel à L’Isle-sur-le-Doubs, puis avait été interpellé. Incarcéré depuis peu, il se trouvait dans le quartier des nouveaux arrivants.  

Deuxième suicide en quelques jours

La ronde des gardiens passe environ toutes les deux heures devant les portes des détenus, mais le jeune homme aurait déjoué leur surveillance et se serait pendu avec ses lacets. Il a été retrouvé sans vie vers 1h du matin. Le médecin légiste et le procureur de la république se sont notamment rendus sur place, et une enquête a été ouverte. 

Jeudi dernier, l'auteur présumé du meurtre de Chloé, un quadragénaire meusien, s'est également suicidé dans cet établissement. Il avait avoué le meurtre de cette jeune femme de 33 ans à Bar-le-Duc dans la Meuse.

"On n'est pas armés pour prévenir un suicide, explique Fadila Doukhi, déléguée régionale FO pénitentiaire à Nancy. Même si on voulait faire plus de rondes, on ne pourrait pas anticiper cet incident. Ou alors il faudrait placer un surveillant derrière chaque porte de 19h à 7h du matin, et ce n'est pas possible." 

Selon la syndicaliste, si un détenu formule clairement ses intentions suicidaires, il est possible de le placer pendant 24h dans une cellule adaptée. Environ 850 personnes sont incarcérées au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.