Faits divers – Justice

Devant la mairie d'Aubervilliers, la communauté chinoise dénonce la recrudescence des violences

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région vendredi 12 août 2016 à 4:00

Le rassemblement devant la mairie d'Aubervilliers, ce jeudi
Le rassemblement devant la mairie d'Aubervilliers, ce jeudi © Radio France - Rémi Brancato

Un homme d'origine chinoise est dans un état desespéré, après avoir été agressé dimanche à Aubervilliers, avec un ami. Près de 200 personnes se sont réunies ce jeudi pour dénoncer les violences subies par la communauté asiatique, à l'initiative de la maire de la ville.

"Merci d'être là pour dénoncer avec la plus grande fermeté ce qu'il s'est passé dimanche", a d'abord déclaré la maire d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, Meriem Derkaoui (PCF), qui tenait à s'insurger contre l'agression de deux personnes d'origine chinoise, dimanche, en fin d'après-midi, dans sa ville. L'un d'eux, un homme de 49 ans, est dans un état désespéré. "Il a reçu un coup au sternum et sa tête a heurté le trottoir ce qui lui a occasionné un traumatisme crânien. Il est actuellement en état de mort cérébrale", a expliqué à l'Agence France Presse, une source policière. L'autre victime s'est vue prescrire cinq jours d'interruption totale de travail.

"C'est trop violent!"

Michèle Zang, une habitante, en colère, raconte les histoires de membres de sa communauté et traduit les femmes, qui s'exprime en chinois : "elle s'est fait frappée, elle travaille dans un restaurant, tous les soirs, quand elle rentre tard, il y a des gens qui la suivent et elle ne se sent plus en sécurité". "Avant, c'était plutôt des vols à l'arraché, alors que maintenant, ils agressent d'abord les personnes avant de prendre leurs biens, c'est trop violent!"témoigne pour sa part Weng Ruihan, un jeune commerçant.

Et ce que dénonce Mickael Lu, jeune commercial, habitant d'Aubervilliers, ce sont des préjugés, "_du racisme" _selon lui. "Il y a un préjugé selon lequel les asiatiques emmènent du cash sur eux, alors que c'est totalement faux" explique-t-il.

Mickael Lu, jeune habitant d'Aubervilliers, dénonce "du racisme" envers sa communauté

Une à deux attaques chaque jour

Les agressions "se sont multipliées ces dix derniers mois", assure pour sa part Ling Lenzi, conseillère municipale d'opposition, Les Républicains, parlant de "une a deux attaques par jours, depuis la fin 2015". Elle demande de la vidéosurveillance généralisée. La maire de la ville a promis de l'étendre à certaines rues. Mériem Derkaoui réclame toujours des moyens policiers supplémentaires pour sa ville, sous dotée, selon elle. Elle a écrit fin juillet au ministre de l'Intérieur.

Dans le rassemblement, de nombreux témoignages des violences subies par la communauté asiatique. Rémi Brancato

Partager sur :